Le laboratoire GeNeuro élargit sa marge de manœuvre

lundi, 12.02.2018

Le laboratoire genevois GeNeuro disposait fin 2017 de 26,1 millions d'euros de liquidités et équivalents, contre 16,4 millions trois mois plus tôt.

Les versements d'étape ont étoffé la trésorerie au 4e trimestre pour GeNeuro.

Le laboratoire genevois GeNeuro - émanation du français Servier et coté depuis 2014 à Paris - est parvenu à élargir sa marge de manœuvre financière sur l'ultime trimestre de l'an dernier, grâce essentiellement à des versements d'étapes liés au développement de son traitement expérimental le plus avancé, le GNbAC1, destiné à lutter contre des maladies auto-immunes. Le laboratoire disposait fin 2017 de 26,1 millions d'euros de liquidités et équivalents, contre 16,4 trois mois plus tôt.

La vaste majorité des revenus annuels - soit 10,9 millions sur 14,7 - a été comptabilisée sur le seul dernier partiel, dont la plus grande partie du versement d'étape octroyé par Servier pour l'étude clinique de phase II "Change-MS" sur le GNbAC1 contre la sclérose en plaques. A titre de comparaison, GeNeuro avait affiché un chiffre d'affaires de 6,4 millions d'euros en 2016. La publication des résultats détaillés est agendée au 3 avril.

La direction se félicite d'avoir maintenu sa combustion de trésorerie trimestrielle à 4,3 millions d'euros, hors paiements intermédiaires et avance nette de 1,7 millions accordée par Servier.

Les résultats finaux de l'étude Change-MS doivent être publiés au mois de mars. La finalisation et l'extension de l'étude Change-MS, la poursuite de l'étude Angel-MS ainsi qu'une phase IIa contre le diabète de type un constituent les priorités de la direction pour l'année en cours. (ats)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...