Le label bio Demeter veut conquérir les grands distributeurs

jeudi, 22.09.2016

Le label bio Demeter veut diversifier ses canaux de vente.

Demeter Suisse cherche à coopérer davantage avec les deux grands distributeurs.

Les produits bio sont l'objet de toutes les convoitises dans le commerce de détail en Suisse. Coop et Migros veulent augmenter leurs revenus dans ce domaine, tandis que le label bio Demeter veut diversifier ses canaux de vente. Les deux distributeurs vont lancer des projets pilotes pour étoffer leur assortiment bio.

Les aliments produits de manière biologique connaissent un essor sans précédent en Suisse. La croissance du secteur touche principalement les grands distributeurs, alors que les ventes des petits magasins bio et les commerces spécialisés stagnent.

Coop est nettement le leader avec une part de marché de 45% en matière de bio. Migros a également augmenté ses ventes dans ce secteur en 2015, avec une hausse de 1% du chiffre d'affaires de ses marques bio et Alnatura.

Surplus à écouler

Dans ce contexte, Demeter Suisse cherche à coopérer davantage avec les deux grands distributeurs. En général, les agriculteurs qui produisent selon les directives très strictes de Demeter fournissent leurs produits à des magasins bio spécialisés et plutôt chers. Ces commerces représentent deux tiers de leur débouché, le reste étant vendu directement dans leurs fermes.

La quantité produite de denrées alimentaires biodynamiques dépasse le volume pouvant être écoulé sous le label Demeter Suisse, explique à l'ats Christian Butscher, directeur de Demeter Suisse.

Les produits Demeter sont donc commercialisés comme produits "Bourgeon", un label biologique moins contraignant, voire même en tant qu'aliments conventionnels, ce qui génère des pertes pour les agriculteurs concernés.

La différence de prix entre les aliments conventionnels et ceux de Demeter ne peut pas être chiffrée, selon Christian Butscher. Mais aujourd'hui les prix des produits agricoles sont trop bas, estime-t-il.

Vers une nouvelle image

Ces dernières décennies, Demeter s'est transformé en un label de luxe, une image que l'association veut changer grâce à son partenariat avec Coop et Migros, ajoute Christian Butscher. Le but de la collaboration est notamment d'offrir des prix équitables à un plus large public.

Demeter est l'un des labels écologiques les plus anciens au monde. Cette marque de certification de produits issus de l'agriculture biodynamique répond aux enseignements de l'anthroposophe Rudolf Steiner (1861-1925).

La coopération avec Coop et Migros permettra de "démocratiser" la marque et de développer les préceptes de Steiner, estime Christian Butscher. Un changement réjouissant, selon lui.

Les deux géants suisses de la distribution ont signé un accord de collaboration avec la marque et formulé des objectifs communs. L'accord stipule que les produits Demeter vendus dans leurs filiales devront être clairement reconnaissables en tant que tels.

L'association offrira des cours au personnel de vente au moins une fois par année. Les distributeurs vont en outre apporter leur soutien au développement de l'agriculture biodynamique en Suisse et promouvoir la formation, la recherche et d'autres projets dans ce domaine.

Essais à Zurich

Migros Zurich va lancer le 18 octobre un projet pilote de six mois et mettre en vente une offre élargie de produits Demeter. Neuf de ses filiales vendront 17 aliments de base supplémentaires (pain, produits laitiers, oeufs, fruits ou légumes). Le géant orange ne donne aucun détail sur ses attentes.

Actuellement, la ligne Alnatura de Migros fournit déjà 25 aliments certifiés Demeter. Les six supermarchés bio Alnatura vendent quant à eux 200 produits Demeter.

Coop va également introduire de nouveaux produits Demeter dans l'assortiment de ses magasins dans la région de Zurich et du nord-ouest de la Suisse. L'objectif n'est pas de générer davantage de chiffre d'affaires, mais d'élargir le choix offert aux clients, a indiqué le groupe bâlois. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...