Tornos divise par deux son chiffre d'affaires au 1er semestre

mardi, 11.08.2020

Le groupe Tornos affiche un chiffre d'affaires net en repli de 52,1% au premier semestre à 56,2 millions de francs.

Pour la suite des opérations, Tornos affirme que "les défis actuels sont de taille". (Keystone)

Le fabricant de machines-outils Tornos a annoncé mardi des résultats en forte baisse au premier semestre, avec notamment un chiffre d'affaires divisé par deux. Complètement paralysé à plusieurs reprises durant la pandémie de coronavirus, l'industriel était déjà en difficulté en début d'année du fait de la crise du secteur automobile.

C'est un coup dur pour l'industriel du Jura bernois qui affiche un chiffre d'affaires net en repli de 52,1% sur un an à 56,2 millions de francs, selon un communiqué.

Son carnet de commandes fond de 44,3% à 42,8 millions tandis que le résultat d'exploitation (Ebit) plonge à -13,1 millions de francs, contre un excédent de 8,9 millions à la même période l'année dernière. La marge afférente passe en négatif à -23,3%, contre 7,6% l'année dernière.

Le groupe prévôtois essuie une perte semestrielle de 13,9 millions, contre un bénéfice net de 9,05 millions en 2019.

Si les analystes consultés par AWP avaient prévu un repli de tous ces indicateurs, la baisse effective a été plus sévère. Les deux experts tablaient en effet sur un chiffre d'affaires à 60 et 65 millions de francs, un Ebit à -5,8 ou -7,0 millions et un résultat net de -2,8 ou -7,5 millions.

Tornos précise que ce sont surtout des machines produites en Asie qui ont été vendues durant cette période. En effet, ces produits se situent dans une rangée de prix moyenne à inférieure.

"Les clients attendent (...) des jours meilleurs pour investir dans des machines du segment de prix supérieur, comme celles produites à Moutier" d'après le communiqué. Environ 60% des machines vendues au premier semestre sont ainsi issues des sites de production en Chine et à Taïwan. L'Empire du Milieu a d'ailleurs vu ses entrées de commande augmenté de 50% par rapport au premier semestre 2019.

L'automobile, qui représentait auparavant la majorité des entrées de commandes pour Tornos, est désormais descendue à 7% au premier semestre. Ce repli s'explique par "une baisse générale dans tous nos secteurs de vente" et non pas parce qu'un secteur a compensé un autre en particulier, a détaillé à AWP Bruno Edelmann, directeur financier.

Ce qui plombe les perspectives, selon lui, ce sont surtout les stocks de pièces détachées, constituées au premier semestre 2019 pour faire face à une forte demande, et qui pèsent aujourd'hui sur les résultats.

En attendant des jours meilleurs

Tornos avait entrepris un plan d'austérité drastique dès le second semestre 2019, supprimant notamment des emplois occupés par des intérimaires. De 729 personnes à fin 2019, le constructeur est passé à 636 employés fin juin 2020. L'essentiel de la réduction d'effectifs concernaient ses sites suisses de Moutier et à La Chaux-de-Fonds, pour une économie estimée de 9,3 millions de francs. L'introduction du chômage partiel a elle permis d'alléger les comptes de 3,8 millions.

M. Edelmann a confirmé à AWP que la stratégie de réduction des coûts se poursuivra durant le reste de l'année. D'autres suppressions de postes ne peuvent pas être écartées. "On ne peut rien exclure pour le moment, c'est très difficile à prévoir" a-t-il indiqué.

Pour la suite des opérations, Tornos affirme que "les défis actuels sont de taille". Le groupe s'attend à un chiffre d'affaires net au second semestre similaire au premier. Par conséquent, "les chiffres devraient rester négatifs au niveau de l'Ebit et du résultat net". Le constructeur de machines-outils compte toutefois sur une lente reprise en 2021.

Une direction modifiée

Une batterie de changements a par ailleurs été annoncée à la tête de la direction. Le Danois Jens Thing a été nommé directeur des ventes et membre de la direction générale par le conseil d'administration. Il occupait jusqu'à présent le poste de directeur européen de Haas Automation.

M. Edelmann et Bruno Allemand, chef des ventes et marketing, ont tous deux décidés de quitter l'entreprise, en septembre et en fin d'année respectivement. "J'ai vécu une période très intéressante et intense car c'est une industrie très cyclique. J'y ai pris beaucoup de plaisir" a réagi le directeur financier sortant, qui se prépare à "un nouveau défi".

Début mars, le conseil d'administration avait renoncé au versement du dividende au titre de l'exercice écoulé. Le conseil d'administration décidera du versement du dividende 2020 en décembre prochain.

A 12h55, le titre Tornos dégringolait de 3% à 3,88 francs dans un SPI en hausse de 0,96%.

Alexander Koller de la banque cantonale de Zurich (ZKB) ne prévoit pas de bénéfice au second semestre et estime qu'un investissement au sein du groupe prévôtois ne convient qu'aux investisseurs "prêts à assumer un risque supérieur à la moyenne". Il maintient sa recommandation à "pondérer au marché". (awp)






 
 

AGEFI



...