Chute de la rentabilité de PSP au 1er semestre 2020

mardi, 18.08.2020

Le groupe immobilier PSP Swiss Property a réalisé un bénéfice nettement inférieur au premier semestre par rapport à l'année précédente. Néanmoins, l'impact de la pandémie de Covid-19 est demeuré limité.

(Keystone)

PSP Swiss Property a vu sa rentabilité chuter au premier semestre, la société immobilière zougoise ayant profité l'année précédente de ventes des biens immobiliers. Alors que l'impact de la pandémie de Covid-19 est demeuré limité, l'entreprise s'estime bien positionnée à la faveur d'un portefeuille de qualité et d'un bilan solide.

De janvier à fin juin, les revenus issus des loyers ont augmenté 1,2% à 146,69 millions de francs, malgré des exonérations de 2,3 millions de francs en lien avec la crise du coronavirus au 2e trimestre, a précisé PSP mardi dans un communiqué. Les ventes immobilières ont quant à elles généré 1,33 million.

Au niveau de la rentabilité, le bénéfice brut d'exploitation (Ebitda) hors revalorisation a crû de 1,6% à 127,7 millions de francs. Le bénéfice net hors revalorisation a en revanche dégringolé de 14,8% à 98,25 millions.

Considérés dans leur ensemble, les chiffres clés dévoilés par PSP se sont révélés légèrement supérieurs aux prévisions des analystes interrogés par AWP.

Evoquant la pandémie de Covid-10, PSP se dit pour l'heure dans l'impossibilité d'en estimer l'impact à l'avenir. L'entreprise note pour l'heure avoir pu limiter les conséquences de la crise sanitaire, à la faveur du positionnement et la diversification de son portefeuille sur les bureaux. Les secteurs concernés par les mesures de fermetures ordonnées par les autorités correspondent à 21% des revenus locatifs.

Sur ses 2300 locataires, environ 220 ont été directement touchés par la fermeture ordonnée de leurs activités. Jusqu'à fin juin 2020 environ 350 locataires ont demandé un report de paiement ou une adaptation du loyer.

Pour cette année, PSP continue de tabler sur un Ebitda hors revalorisation de quelque 260 millions de francs, une valeur révisée à la baisse à l'issue du premier trimestre. Le taux de vacances est lui attendu autour de 3%, contre environ 3,5% jusqu'alors.(awp)






 
 

AGEFI



...