Heineken: bénéfice net 2016 en baisse de 18,6%, malgré une hausse des ventes

mercredi, 15.02.2017

Le groupe Heineken a enregistré une hausse de 3% de ses ventes en termes de volume de bière par rapport à l'année dernière.

Au quatrième trimestre, les ventes en termes de volume de bière ont augmenté de 2,2%, et de 5,9% pour le marché Premium.

Le brasseur néerlandais Heineken a publié mercredi un bénéfice net pour l'année 2016 en baisse de 18,6%, en raison d'une base de comparaison défavorable et d'une dépréciation d'actifs en République démocratique du Congo d'une valeur de 286 millions d'euros.

Le bénéfice net s'est établi à 1,54 milliard d'euros, a indiqué le groupe dans un communiqué.

En 2015, il avait été gonflé, à hauteur de 379 millions d'euros, par la cession d'Empaque, l'un des principaux fabricants mexicains de canettes en aluminium, de capsules de bouteilles et de bouteilles en verre, à l'américain Crown Holdings pour 1,2 milliard d'euros.

Le bénéfice net avant éléments exceptionnels s'élève à 2,10 milliards d'euros, soit une augmentation de 2,5%.

"Les éléments exceptionnels comprennent une dépréciation d'actifs en République démocratique du Congo (RDC) de 286 millions d'euros, avec 233 millions dans la première moitié et 53 millions d'euros supplémentaires dans la seconde moitié de l'année", a précisé Heineken.

Le chiffre d'affaires s'est quant à lui établi à 20,79 milliards d'euros, en hausse de 1,4%. A périmètre comparable, les ventes ont augmenté de 4,8%.

"Nous réalisons des résultats solides en 2016, avec une +surperformance+ nette de notre portefeuille de marques Premium mené par Heineken et un élan soutenu de notre programme d'innovation", orienté vers les bières à 0% d'alcool et l'artisanat, a déclaré Jean-François van Boxmeer, directeur exécutif du groupe, cité dans le communiqué.

Le directeur exécutif évoque toutefois "des conditions économiques plus difficiles dans certains marchés en cours de développement et d'importantes pressions monétaires".

Coté à la Bourse d'Amsterdam, Heineken a bondi de 3,22% à 75,30 euros peu après l'ouverture de la séance au sein d'un index AEX en hausse de 0,33% à 496,26 points.

Le groupe a enregistré une hausse de 3% de ses ventes en termes de volume de bière par rapport à l'année dernière.

Portée par le Mexique et le Vietnam, la croissance en Amérique, en Asie Pacifique et en Europe a été contrebalancée par des volumes plus faibles en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe de l'Est, plus particulièrement au Nigeria, en Russie et en RDC.

Dans le marché des bières Premium, les volumes ont augmenté de 3,7%, principalement grâce au Brésil, à l'Afrique du Sud, au Mexique, au Royaume-Uni et à la Roumanie.

Au quatrième trimestre, les ventes en termes de volume de bière ont augmenté de 2,2%, et de 5,9% pour le marché Premium.

Heineken proposera un dividende de 1,34 euro par action, contre 1,30 euro en 2015.

"Sans compter de grands développements macro-économiques et politiques imprévus ainsi que l'impact des acquisitions proposées au Brésil et au Royaume-Uni", a ajouté M. Van Boxmeer, "nous nous attendons à une croissance continue de la marge en 2017, conformément à nos prévisions précédentes."

Heineken a annoncé en décembre s'être associé au fonds d'investissement Patron Capital pour acquérir Punch Taverns, un groupe de pubs anglais, dans un accord qui l'évalue à 402,7 millions de livres sterling, soit 480 millions d'euros. "L'acquisition devrait devenir effective d'ici la fin du premier semestre 2017", d'après le brasseur.

Le groupe japonais de boissons Kirin Holdings a également annoncé un accord lundi pour céder à Heineken sa filiale au Brésil pour 660 millions d'euros.

Fondé au XIXe siècle à Amsterdam, le groupe produit et vend plus de 250 marques de bière et de cidre, dont Heineken, Strongbow et Amstel. Heineken, qui est entré en 2016 dans de nouveaux pays comme la Côte d'Ivoire et les Philippines, emploie 73.000 personnes sur plus de 165 sites répartis dans plus de 70 pays. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...