GAM boucle 2018 dans le rouge vif, plombé par les ARBF

jeudi, 21.02.2019

Le groupe GAM a, comme il l'avait laissé entendre en décembre dernier, terminé l'année dans le rouge. Le gestionnaire d'actifs publie jeudi une perte nette de 929,1 millions de francs, contre un bénéfice de 123,2 millions un an plus tôt.

11 milliards ont reflué en lien avec l'affaire des fonds ARBF ("Absolute-Return-Bond").(keystone)

Les capitaux ont reflué de presque 30 milliards. La rémunération des actionnaires est suspendue et l'ex-patron a été privé de bonus.

Au bouclement de l'exercice, les actifs sous gestion (AuM) de la division Investment Management s'établissaient à 56,1 milliards de francs, contre 84,4 milliards un an plus tôt.

Dans le détail, 11 milliards ont reflué en lien avec l'affaire des fonds ARBF ("Absolute-Return-Bond"), et presque autant (10,5 milliards) "dans le cadre de stratégies non-ARBF".

Les effets liés à l'évolution des taux de change et des marchés financiers ont pesé sur la masse sous gestion à hauteur de 6,8 milliards, précise GAM dans un communiqué.

Dans les activités de White Labelling, les AuM ont légèrement progressé (+2,4%) pour s'inscrire à 76,1 milliards de francs, à la faveur de 8,3 milliards de capitaux frais.

En ligne avec son avertissement sur résultats lancé en décembre dernier, le groupe zurichois a vu son résultat opérationnel avant impôts fondre de plus d'un quart, à 126,7 millions de francs. Le produit des commissions et services, soit l'essentiel des recettes de GAM, a fondu de 9% à 499,9 millions.

La copie rendue par le gestionnaire d'actifs zurichois est encore inférieure aux projections de la communauté financière, qui s'attendait à une perte de 925 millions et un produit d'exploitation à hauteur de 509 millions.

Comme annoncé en décembre, les actionnaires ne se verront pas gratifier d'un dividende pour l'exercice écoulé, "le plus difficile pour GAM depuis son autonomie il y a dix ans", selon son président Hugh Scott-Barrett. La rémunération variable de la direction du groupe se montera à un total de 5,6 millions, dont l'ancien directeur général (CEO) Alexander Friedman ne verra vraisemblablement pas la couleur.

L'exercice en cours ne s'annonce guère plus brillant. GAM a suspendu ses objectifs à moyen terme pour concentrer ses efforts sur la "stabilisation des activités" et le "retour à une croissance durable".(awp)






 
 

AGEFI



...