Aevis affiche un chiffre d'affaires en hausse de plus de 9%

mardi, 12.05.2020

Le groupe fribourgeois Aevis annonce une hausse de 9,9% du chiffre d'affaires consolidé à 194,8 millions de francs au premier trimestre.

Dans le secteur de l'hôtellerie, les effets négatifs du coronavirus pèseront probablement encore de longues années. (Keystone)

Pour Aevis Victoria, les affaires ont bien repris dans les hôpitaux Swiss Medical Network depuis le 27 avril, "retrouvant pour la plupart leur vitesse de croisière". En revanche dans le secteur de l'hôtellerie, les effets négatifs du coronavirus pèseront probablement encore de longues années.

Le groupe fribourgeois a annoncé mardi une hausse de 9,9% du chiffre d'affaires consolidé à 194,8 millions de francs au premier trimestre, grâce essentiellement aux acquisitions de Privatklinik Belair (consolidée depuis le 1er octobre 2019), des hôtels Mont Cervin Palace et Monte Rosa (consolidés depuis le 1er novembre 2019) et de l'Hôtel Intercontinental à Davos (consolidé depuis le 1er janvier 2020).

"Nous constatons un rebond et attendons un rattrapage dans les activités hospitalières au deuxième semestre", indique à AWP Antoine Hubert, l'administrateur délégué du groupe, avant de préciser que les opérations seront en grande partie rattrapées, mais que cela ne compensera pas entièrement la perte.

"Il faut aussi relever que les coûts augmentent en raison des mesures spéciales que le monde hospitalier et sanitaire doit appliquer", ajoute le responsable.

Solidité financière

Dans l'hôtellerie, Victoria-Jungfrau et Michel Reybier Hospitality comptent sur le tourisme national pour compenser partiellement les annulations des clients internationaux et la baisse des activités haut de gamme.

"Mais les prix payés par la clientèle suisse sont nettement inférieurs aux prix payés par la clientèle étrangère, surtout dans le segment cinq étoiles", déplore Antoine Hubert. Raison pour laquelle il préfère réserver ses pronostics pour l'instant, d'autant plus qu'il y a trop d'incertitudes sur les conditions de voyage.

L'administrateur délégué d'Aevis Victoria pense que cette crise donnera un coup d'accélérateur à la consolidation des secteurs en question. Car plusieurs acteurs isolés ou fragiles devront s'adosser à un groupe plus solide.

"Nous conduisons des discussions régulières avec des cibles potentielles, pour des acquisitions qui se feront prioritairement dans le domaine de la santé dont l'importance a été confirmée par cette crise", commente Antoine Hubert. Dans l'hôtellerie et le tourisme en revanche, la visibilité sur l'avenir manque encore.

Questionné sur un appel éventuel aux marchés financiers ces prochains mois, M. Hubert souligne que les liquidités courantes du groupe sont assurées et que les flux de trésorerie opérationnels sont largement positifs. "Bien sûr, nous avons été impactés, mais nous avons pris toutes les mesures qui s'imposaient".

Quant au remboursement de l'emprunt AEV18, qui arrivera à échéance en juin, il est assuré par les liquidités et lignes de crédit dont le groupe dispose. Cela n'empêchera pas Aevis Victoria de recourir aux marchés financiers, en fonction de leur orientation, sans doute avec l'émission d'un emprunt. Objectif: disposer de fonds pour saisir les opportunités qui se présentent, en particulier dans le domaine médical.

A 12h35, le titre prenait 1,2% à 12,85 francs dans un marché SPI en hausse de 0,35%. 

Aevis Victoria a pour administrateur délégué Antoine Hubert, propriétaire de l'Agefi. (awp)






 
 

AGEFI



...