Berne relève sa prévisions de croissance pour 2016

mardi, 20.09.2016

Le groupe d'experts mandatés par la Confédération relève sa prévision de croissance pour l'économie helvétique en 2016 à 1,5%, contre 1,4%.

Berne s'inscrit ainsi dans le haut de la fourchette des estimations compilées par AWP. Pour l'année en cours, seul l'institut privé BakBasel s'avère plus optimiste, avec une prévision de croissance de 1,6%. Raiffeisen et UBS se montrent les plus réservés avec 0,9%.

Le groupe d'experts mandatés par la Confédération relève sa prévision de croissance pour l'économie helvétique en 2016 à 1,5%, contre 1,4%, à l'occasion mardi de l'édition automnale de ses projections conjoncturelles. Une accélération à 1,8% demeure attendue pour l'année prochaine. Sur le front de l'emploi, le taux de chômage doit rester stable sur ces deux périodes en moyenne annuelle à 3,3%.

Berne s'inscrit ainsi dans le haut de la fourchette des estimations compilées par AWP. Pour l'année en cours, seul l'institut privé BakBasel s'avère plus optimiste, avec une prévision de croissance de 1,6%. Raiffeisen et UBS se montrent les plus réservés avec 0,9%.

Pour 2017, seul le centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) table sur une valeur supérieure à celle de la Confédération avec 1,9%. Les autres estimations s'échelonnent entre +0,9% pour la Banque cantonale de Zurich (ZKB) et +1,8% pour le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Les économistes mandatés par Berne soulignent que les incertitudes générées par le scrutin britannique en faveur d'un Brexit ne se sont pour l'heure pas traduit par de grosses turbulences sur les marchés financiers. La Suisse devrait continuer à bénéficier d'une reprise modérée en zone euro, son principal partenaire commercial, ainsi que dans le reste du monde.

L'accélération de la reprise constatée entre le premier (+0,3%) et le deuxième (+0,6%) partiel de 2016 demeure très hétérogène en fonction des secteurs observés. Un tassement des divers indicateurs de confiance laisse toutefois augurer un ralentissement en seconde moitié d'année.

Le commerce extérieur doit progressivement améliorer sa contribution à la croissance, tandis que la demande intérieure doit continuer à fournir des impulsions positives. Berne note encore que l'allègement des prix s'est engagé sur la voie d'une normalisation et devrait renouer avec un renchérissement de 0,3% l'an prochain, après -0,4% cette année.

En termes de risques pour l'économie suisse, outre le spectre du Brexit, la Confédération énumère encore les difficultés éprouvées par d'importants pays émergents tels le Brésil et les troubles géopolitiques au Proche-Orient, en Ukraine ou encore les attentats terroristes. En Suisse, l'anémie persistante des taux d'intérêts fait planer un risque latent d'excès sur les marchés immobiliers. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...