Aevis Victoria se voit en consolidateur du secteur de la télémédecine

vendredi, 16.09.2016

Le groupe de cliniques privées et d'hôtels de luxe Aevis Victoria a vu son bénéfice net s'envoler à 4,2 millions de francs au premier semestre.

Aevis Victoria s'attend à réaliser un chiffre d'affaires d'environ 600 millions de francs en 2016.

Le groupe de cliniques privées et d'hôtels de luxe Aevis Victoria a vu son bénéfice net s'envoler à 4,2 mio CHF au premier semestre, contre à peine 0,07 mio un an plus tôt, a-t-il annoncé vendredi dans son rapport semestriel. La société fribourgeoise compte poursuivre son développement dans le secteur de la télémédecine et poursuivre les acquisitions de cliniques privées.

Entre janvier et juin 2016, le chiffre d'affaires net a quasiment stagné (+0,5%) à 256,1 mio CHF. A périmètre constant, la croissance des recettes a cependant atteint 3,6%. Aevis Victoria est parvenu a réduire ses dépenses, permettant au bénéfice brut d'exploitation (Ebitda) de décoller de 27,9% à 42,2 mio.

Le résultat opérationnel (Ebit) a suivi la même voie, avec un bond de 58,4% à 20,6 mio CHF.

"Le bond du bénéfice net s'explique par une conjoncture de divers facteurs. Globalement, toutes nos cliniques sont désormais profitables, à l'exception de Lindberg", a indiqué à AWP l'administrateur délégué Antoine Hubert. Ce dernier a rappelé que le groupe a "souvent racheté des cliniques qui ont nécessité un 'turnaround' et maintenant une grande majorité des cliniques tournent normalement et contribuent au bénéfice".

La progression de la marge Ebitda s'explique quant à elle par "une hausse de l'activité et une baisse des coûts dans toutes les cliniques", a précisé le responsable.

Par divisions, l'unité Hôpitaux est parvenue à augmenter son chiffre d'affaires de 4% à 222,2 mio CHF, grâce à l'augmentation du nombre de patients traités dans les hôpitaux du réseau, "et ce malgré la baisse des tarifs DRG et Tarmed pour l'activité domestique", a souligné le groupe. Les recettes apportées par les patients étrangers ont augmenté de 10%, compensant le déclin de l'année dernière.

Afin de mieux cibler la clientèle étrangère, le groupe a créé début 2016 l'entité Genolier International destinée aux clients internationaux. Cette filiale répartit les patients étrangers à l'ensemble des cliniques du groupe.

Dans la branche Hôtels, le chiffre d'affaires a baissé de 18,1% à 26,7 mio CHF, principalement en raison de la déconsolidation du Palace Lucerne. Aevis Victoria a souligné que "le tourisme en Suisse a (...) été affecté par les attaques terroristes en Europe, les voyageurs étant plus prudents". Mais grâce à sa diversification, le groupe est parvenu à absorber ces effets.

Au niveau des infrastructures, le groupe doit encore rénover son hôtel à Zurich qui est vétuste et à Interlaken "beaucoup de progrès" restent encore à accomplir, selon M. Hubert.

Consolidation de Générale-Beaulieu bénéfique


Dans la nouvelle unité Télémédecine, Aevis Victoria a acquis en janvier 40% du prestataire de télémédecine Medgate. Le groupe a également augmenté sa participation dans le spécialiste du diagnostic à distance Lifewatch, dont il détenait fin août 10,6%.

Aevis Victoria veut "jouer un rôle de consolidateur" dans le secteur de la télémédecine en Suisse, encore largement fragmenté, a indiqué M. Hubert. "En Suisse, il existe un ensemble de petites initiatives locales et régionales limitées à un segment de la télémédecine, mais pas un acteur universel capable d'aller au-delà des frontières cantonales et nationales", a-t-il détaillé.

Interrogé sur une éventuelle augmentation de la participation dans Lifewatch, M. Hubert a répondu que "si des actionnaires souhaitent désinvestir, nous serons certainement preneur pour augmenter notre participation".

Aevis Victoria s'attend à réaliser un chiffre d'affaires d'environ 600 mio CHF en 2016, après 577,7 mio l'année précédente. Le groupe poursuit son objectif d'amélioration de la marge Ebitda à moyen terme à plus de 20%, contre 16,5% actuellement, "notamment grâce à l'optimisation des processus et une meilleure utilisation des infrastructures".

La direction vise une marge de flux de trésorerie disponible de 10%, sur laquelle un ratio de reversement de 30% serait appliqué.

L'acquisition de la clinique privée genevoise Générale Beaulieu, annoncée mardi, va "substantiellement augmenter le chiffre d'affaires du groupe et aura des effets positifs sur la rentabilité et sur les ratios du bilan, tels le ratio fonds propres et le ratio de levier", a précisé Aevis Victoria.

Le groupe compte poursuivre les acquisitions de cliniques privées en Suisse, même si les cibles potentielles se font rares.

"Les cliniques qui demeurent indépendantes en Suisse vont devoir d'ici cinq ans rejoindre un groupe plus organisé sous la pression réglementaire. Il y aura encore des opportunités dans les 3-4 années à venir pour acquérir des cliniques", a estimé le responsable. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...