Le Conseil fédéral n'impose pas le port généralisé du masque

mercredi, 22.04.2020

Le gouvernement va assouplir progressivement les mesures de protection contre le coronavirus. Il ne prévoit pas d’obligation générale de porter un masque.

SG

Les personnes en bonne santé n’ont pas besoin de porter un masque dans les lieux publics. (Keystone)

Garder ses distances et se laver les mains restent les mesures les plus efficaces pour se protéger contre le coronavirus, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Sur cette base, le Conseil fédéral ne veut pas imposer le port généralisé du masque. 

Les différentes branches économiques et les entreprises sont tenues de définir des plans de protection pour encadrer l’assouplissement des mesures. Elles peuvent y prévoir l’obligation de porter un masque. Dès la semaine prochaine et pendant deux semaines, la Confédération fournira un million de masques par jour aux principaux commerces de détail, afin de contribuer à l’approvisionnement du pays.

Les personnes en bonne santé n’ont toujours pas besoin de porter un masque dans les lieux publics. Les règles de distance et d’hygiène restent les mesures centrales dans la lutte contre le coronavirus. La population doit par ailleurs continuer de rester à la maison, en particulier les malades.

Les masques d’hygiène protègent en premier lieu les autres et seulement dans une moindre mesure la personne qui le porte. Voilà pourquoi il ne doit être utilisé qu’en complément des règles d’hygiène et de distance, selon l'OFSP. 

Les masques de protection FFP2 et FFP3 restent affectés principalement au personnel médical, qui sait comment les utiliser correctement. Les masques en tissu ne doivent pas être fabriqués maison. 

À ce jour, la pharmacie de l’armée a déjà livré 21 millions de masques aux cantons. La Confédération dispose encore de 18 millions de masques d’hygiène et de 1,2 million de masques FFP2 en réserve.

Le Conseil fédéral a finalement décidé de maintenir les restrictions de vente imposées aux magasins d’alimentation. Il revient ainsi sur sa décision du 16 avril dernier. 

>>> Lire également notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...