L'Italie lance son plan de réduction des déficits

mercredi, 12.04.2017

Le gouvernement italien a adopté mardi soir un ensemble de réformes visant à réduire son déficit de 3,4 milliards d'euros.

Le gouvernement italien a adopté mardi soir un ensemble de réformes visant à réduire son déficit de 3,4 milliards d'euros, conformément aux exigences de Bruxelles, ainsi qu'un correctif budgétaire prévoyant une hausse de la croissance en 2017, à 1,1% contre 1% précédemment.

"Le conseil des ministres a approuvé le Def (Document économie et finances), le plan national de réformes et le décret qui contient diverses interventions dont la correction budgétaire", a déclaré le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, à l'issue du Conseil de ministres.

Le correctif budgétaire, de 0,2 point de pourcentage du PIB, est "un ajustement pleinement structurel" qui réalise 3,4 milliards d'euros d'économies pour 2017, notamment via des mesures de lutte contre l'évasion fiscale et de réduction des dépenses publiques mais sans augmentation d'impôts, a précisé M. Gentiloni.

Il prévoit également une croissance de 1,1% en 2017 (contre 1% prévu initialement pour cette année), a-t-il ajouté.

La Commission européenne avait envoyé mi-janvier une lettre à Rome pour lui demander de revoir son budget 2017, exigeant un effort de 3,4 milliards d'euros, soit 0,2 point de pourcentage de son PIB, sous peine de procédure d'infraction.

L'automne dernier, l'Italie avait adopté pour 2017 un budget prévoyant un déficit à hauteur de 2,3% du PIB, un chiffre nettement plus élevé que la limite de 1,8% exigée initialement par Bruxelles, alors que la dette publique de l'Italie (133% du PIB en 2016) est la deuxième plus importante de l'UE.

"Le rapport déficit/PIB se réduit à 2,1% cette année", contre 2,3% prévu précédemment, a souligné Paolo Gentiloni qui a annoncé une baisse des prévisions de croissance pour 2018 (de 1,3% à 1%) et pour 2019 (de 1,2% à 1%).

"Nos prévisions sont prudentes et il est souvent arrivé ces dernières années qu'elles soient corrigées positivement par le suite", a-t-il ajouté.

"Nos comptes sont en ordre sans augmenter les impôts mais en accompagnant l'assainissement avec des mesures de développement et de croissance", a-t-il conclu.(awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...