Julius Bär envisage un retour aux Etats-Unis

mercredi, 30.09.2020

Le gestionnaire de fortune Julius Bär envisage un retour aux Etats-Unis, un pays qui lui a causé passablement de tracas par le passé.

Miami et New York sont des villes très importantes afin d'établir et poursuivre des relations d'affaires avec de très riches clients établis en Amérique latine.(Keystone)

L'établissement zurichois Julius Bär a indiqué réfléchir à l'élaboration d'une plateforme destinée uniquement à sa clientèle latino-américaine, confirmant les propos tenus par Beatriz Sanchez, responsable de la région Amériques, dans un entretien accordé à Bloomberg.

Pour les gestionnaires de fortune, Miami et New York sont des villes très importantes afin d'établir et poursuivre des relations d'affaires avec de très riches clients établis en Amérique latine, rappelle l'article. "Je ne ferais pas mon travail (...) si je ne réfléchissais pas sérieusement à une plateforme aux Etats-Unis", a souligné Mme Sanchez.

Julius Bär doit cependant encore déterminer si une éventuelle représentation étasunienne pourrait étendre ses activités à d'autres types d'investisseurs.

"La question pour la plateforme US est: quel genre d'opérations et quels marchés voulons-nous couvrir?" explique la dirigeante. Une seule certitude: la banque zurichoise n'est aucunement intéressée à revenir sur le créneau compliqué des clients américains.

Le Département de justice (DoJ) avait infligé en 2016 une pénalité de 547,25 millions de dollars à Julius Bär, coupable aux yeux des autorités américaines d'avoir aidé ses contribuables à soustraire de l'argent au fisc. Le groupe a annoncé son retrait des Etats-Unis en 2004.

Julius Bär cherche à croître en Amérique latine, notamment par le biais d'acquisitions. La récente interdiction de procéder à tout rachat d'ampleur ou complexe posée par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) constitue cependant un obstacle à ces velléités d'expansion.

En février, la banque zurichoise s'était vu reprocher de graves manquements dans le scandale de corruption de la Fifa. Dans cette affaire, le gestionnaire de fortune négocie actuellement avec le DoJ un règlement qui pourrait dépasser les 10 millions de dollars (9,2 millions de francs).(AWP)






 
 

AGEFI



...