Novartis va supprimer plus de 2000 postes en Suisse

mardi, 25.09.2018

Le géant pharmaceutique Novartis va supprimer plus de deux mille postes en Suisse au cours des quatre prochaines années.

Dans la production, les mesures visent une réduction nette des effectifs "d'environ 1000 postes" d'ici 2022 sur les sites de Bâle, Schweizerhalle, Stein et Locarno.(keystone)

Le géant pharmaceutique Novartis va supprimer plus de 2000 postes en Suisse sur les quatre prochaines années, dans le cadre de la stratégie de fabrication lancée en 2015 visant à adapter l'appareil industriel à un portefeuille de produits réduit. Sur ce total, quelque 1500 emplois sont touchés dans la production et environ 700 dans les services.

La multinationale rhénane a annoncé mardi son intention de "poursuivre l'adaptation de son réseau de fabrication et de ses activités de services". Dans son communiqué, elle explique vouloir "accroître son efficacité opérationnelle".

Dans la production, les mesures visent une réduction nette des effectifs "d'environ 1000 postes" d'ici 2022 sur les sites de Bâle, Schweizerhalle, Stein et Locarno, sachant que ce nombre inclut la création potentielle de 450 nouveaux postes à Stein dans le cadre de la construction annoncée d'un site de production de thérapies cellulaires et géniques.

Pour ce qui est des services, Novartis entend délocaliser une partie de ses "capacités managériales et transactionnelles" - qui pourrait atteindre 700 postes d'ici 2022 - vers ses cinq centres de services mondiaux. Dans ce cas, le campus bâlois du groupe subira l'essentiel des coupes, précise le communiqué.

"Nous sommes conscients de l'impact de l'annonce d'aujourd'hui sur les collaborateurs potentiellement affectés et leurs familles", a déclaré le patron du groupe Vas Narasimhan. La direction a d'ores et déjà invité les représentants du personnel et les cadres en Suisse "au dialogue et à la consultation".

Novartis assure toutefois que son engagement helvétique n'est pas remis en cause. "Nous sommes fiers d'y maintenir notre siège mondial, notre principal centre de recherche et développement (R&D) et des moyens de fabrication avancés qui ne cessent de s'étendre", a affirmé le successeur de Jo Jimenez, cité dans le communiqué.

Le laboratoire bâlois s'engage notamment à maintenir en Suisse 10% de ses effectifs mondiaux, y créer de nouvelles plateformes technologiques et y investir plus de 3 milliards de francs par année en R&D. Actuellement, la Novartis emploie quelque 13'000 personnes à travers le pays.(ats)

Unia exige que Novartis cesse sa stratégie de démantèlement

Le syndicat Unia exige que Novartis mette immédiatement un terme à sa stratégie de démantèlement de ses sites suisses. Au lieu de se préoccuper de rentabilité pour les actionnaires, le groupe devrait s'efforcer de garantir des emplois sûrs à ses collaborateurs.

Le groupe pharmaceutique bâlois veut une fois de plus optimiser son bénéfice sur le dos du personnel, écrit mardi la section d'Argovie et du Nord-Ouest de la Suisse d'Unia. Les employés payent pour les erreurs de management de la direction du groupe, souligne le syndicat.

Unia n'a pas été informé à l'avance des mesures annoncées mardi par le groupe bâlois, alors qu'une information préalable des partenaires sociaux est prévue dans dans la convention collective de travail. Le syndicat entend agir en conséquence contre cette violation de la convention.

 

 






 
 

AGEFI



...