Argent: la renaissance du phénix

mardi, 11.08.2020

Le frère du métal jaune semble reparti sur une trajectoire ascendante rapide.

Nitesh Shah*

Nitesh Shah

Le cours de l’argent pourrait progresser de 30% d’ici au 2e trimestre 2021. Sa performance serait donc supérieure à celle de l’or qui, selon nos modèles prévisionnels, ne devrait augmenter que de 18%. Ce rattrapage ne suffira pourtant pas à ramener le ratio or/argent à son niveau habituel, mais il démontre que l’argent est clairement sorti de sa léthargie.

Sur le marché à terme, le volume des contrats sur l’argent a décru en 2020 et sa récente augmentation a été peu importante. En revanche, les flux en direction des ETCs (Exchange Traded Commodities) ont atteint un niveau sans précédent. Ce basculement apparent des investisseurs institutionnels du COMEX* vers les ETCs pourrait s’expliquer par les problèmes rencontrés sur le marché à terme de l’or durant la crise.

L’évolution du cours de l’argent dépend à 80% de celle de l’or, mais d’autres facteurs entrent également en ligne de compte. Dans notre modèle prévisionnel, nous incluons par exemple la croissance de l’activité manufacturière, car plus de 50% de l’argent est destiné à des utilisations industrielles (à titre de comparaison, cette proportion est inférieure à 10% pour l’or). L’évolution des réserves d’argent métal est aussi une variable importante. Enfin, la croissance des dépenses d’investissement des entreprises minières doit aussi être prise en considération.

La demande industrielle pourrait reprendre légèrement: les indices des directeurs d’achat du secteur manufacturier (PMI) ont en effet fortement progressé ces derniers mois. Mais l’avenir, cette évolution pourrait se ralentir au vu de la multiplication des cas d’infection par le coronavirus, du reconfinement décidé dans de nombreux pays et du ralentissement des processus de déconfinement.

Quant à L’offre provenant des mines, elle a diminué ces quatre dernières années. Les raisons en sont les suivantes: un appauvrissement du minerai dans plusieurs grandes exploitations, une réduction de la production d’argent dans les mines de cuivre et des perturbations dans la production de mines importantes.

En ce qui concerne les dépenses d’investissement des sociétés minières qui ont considérablement diminué ces derniers mois, elles avaient néanmoins recommencé à croître il y a 18 mois (or selon le modèle, le délai entre l’augmentation des investissements et l’accroissement effectif de la production est de 18 mois). Par conséquent, l’offre supplémentaire qui en découlera pourrait entraver la progression des cours de l’argent.

Sur un plan microéconomique, il se pourrait néanmoins que l’offre diminue. Du fait de la pandémie, l’activité d’exploitation a été suspendue temporairement chez les principaux producteurs, au Mexique, au Pérou, en Bolivie ainsi que dans la province du Québec au Canada. Le marché pourrait donc se trouver confronté à une situation relativement inédite d’offre insuffisante. Par conséquent, bien que notre modèle prévisionnel table sur une hausse de l’offre, les distorsions de production résultant de la pandémie pourraient avoir un effet inverse sur l’offre et, par suite, doper le cours de l’argent.

Une hausse des cours

Les réserves de métal représentent un autre indicateur de la situation de l’offre. Leur rythme d’accroissement s’étant considérablement ralenti en 2020, elles devraient continuer d’augmenter, mais beaucoup plus lentement que ces dernières années. En conclusion, même si l’argent subit les vents contraires d’un recul de la demande industrielle et d’une hausse éventuelle de l’offre, sa corrélation à l’or devrait lui être profitable. Cette dernière a certes été assez faible ces derniers mois, mais elle semble augmenter depuis quelques semaines. Le véritable risque pour l’argent est celui d’une hausse des cours, ces derniers pouvant atteindre les 23,56 dollars/once au 2e trimestre 2021. Toutefois, pour que le ratio or/argent retrouve son niveau habituel, il faudrait que le cours de l’argent dépasse les 30 dollars/once.

* Le Comex est la principale chambre de compensation des contrats à termes sur métaux précieux basée à New York.

*Directeur, recherche, WisdomTree






 
 

AGEFI



...