Le fonds Veraison n'a plus confiance en la direction d'Ascom

mercredi, 06.03.2019

Le fonds Veraison, qui contrôle près de 8% des actions d'Ascom, n'a plus confiance dans l'actuelle direction opérationnelle de la société zougoise.

Ascom doit publier jeudi ses chiffres détaillés pour l'exercice 2018. (Keystone)

Veraison perd patience avec la direction d'Ascom. Le fonds, qui contrôle près de 8% des actions du fabricant zougois d'équipements de télécommunications, "n'a plus confiance dans l'actuelle direction opérationnelle" de l'entreprise aux origines bernoises, affirme le co-fondateur de cet actionnaire activiste, Gregor Gerber.

Estimant dans un article publié mercredi dans l'édition en ligne de Finanz und Wirtschaft que le potentiel d'Ascom n'est pas exploité, M. Gerber indique que Veraison entend désormais examiner toutes les options concernant ses titres Ascom, dont une vente. Ascom dispose pourtant d'un portefeuille de produits de tout premier ordre dans le domaine de la santé, observe M. Gerber.

De l'avis du co-fondateur de Veraison, Ascom doit, au vu de la consolidation en cours dans le secteur, examiner activement quel propriétaire lui convient le mieux. Depuis 2016, Veraison a peu à peu étoffé ses parts dans le groupe sis à Baar. Valentin Chaperon, ancien directeur général du spécialiste zurichois des appareils et implants auditifs Sonova, représente le fonds au conseil d'administration d'Ascom.

Le bi-hebdomadaire alémanique affirme pour sa part que nombre d'observateurs jugent illusoire l'objectif d'une marge opérationnelle de 20% visée à l'horizon 2020 par Ascom. D'autant plus que les revenus de l'ancien fleuron helvétique des équipements de télécommunications, n'affichent qu'une lente progression. Avec les critiques de Veraison, la pression sur le directeur général d'Ascom, Holger Cordes, se renforce.

Ascom doit publier jeudi ses chiffres détaillés pour l'exercice 2018. En janvier dernier, l'entreprise avait déjà indiqué avoir vu ses ventes progresser de 2,8% à 318,5 millions de francs l'an dernier, une expansions nettement inférieure à ses propres attentes. Celle-ci tablait sur une croissance entre 3 et 6%.

Ascom a aussi manqué l'objectif visé en matière de marge au niveau de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda). Cette dernière s'est inscrite à environ 12%, contre une valeur attendue à près de 15%. (awp)






 
 

AGEFI



...