Dette de la Grèce: le FMI presse l'UE

vendredi, 23.09.2016

Le Fonds monétaire international a de nouveau pressé les Européens de consentir un "allègement supplémentaire de la dette" publique grecque, et de réviser à la baisse les objectifs d'excédent budgétaire assignés au pays.

Le premier ministre grec Alexis Tsipras. (Reuters)

"Même dans le cas d'une mise en oeuvre intégrale" des mesures d'austérité et réformes prescrites au pays, "la Grèce a besoin d'un allègement de sa dette calibré sur des objectifs budgétaires et de croissance crédibles", conclut ce rapport, jugeant "irréaliste" l'objectif d'un excédent budgétaire primaire (hors charge de la dette) de 3,5% du PIB assigné à la Grèce par la zone euro pour après 2018.

Cet allègement de la dette publique grecque -- qui frôle 180% du PIB en dépit de trois plans successifs de soutien financier du pays par l'UE et le FMI depuis 2010 -- doit être consenti par les "partenaires européens du pays", a insisté l'envoyée en Grèce du FMI, Delia Velculescu.

Elle s'est félicitée que la zone euro soit convenue en mai du principe d'un tel allègement, estimant que "c'est très bien que les partenaires européens envisagent de telles mesures pour la Grèce".

Mais si certaines des mesures d'allègement à moyen et long terme envisagées par l'Europe "sont spécifiques et peuvent être quantifiées, un certain nombre de ces mesures en revanche ne sont pas assez spécifiques". Donc, "les discussions doivent se poursuivre", a-t-elle ajouté.

Pour que le FMI participe financièrement au nouveau programme de prêts accordé au pays par la zone euro en juillet 2014, il faut que le redressement grec "marche sur ses deux jambes", avec d'une part "la mise en oeuvre" par le pays des réformes promises et avec d'autre part "un allègement significatif de la dette", a-t-elle insisté.

Elle a souligné qu'un tel règlement conditionnait tant le retour du pays à la croissance, qu'elle a prévu pour 2017, que sa possibilité de retourner sur les marchés financiers, dont il est banni depuis 2010, à deux exceptions près en 2014.

Le FMI et la zone euro sont englués depuis plusieurs mois dans un différend sur la manière d'extraire la Grèce de six ans de crise financière, économique et sociale, le premier plaidant pour un relâchement de l'austérité et un coup de pouce rapide et décisif sur la dette, la deuxième campant sur son orthodoxie budgétaire et renvoyant un règlement de fond sur la dette à après les élections allemandes de fin 2017. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...