Starrag voit son bénéfice net amputé de plus de moitié

vendredi, 10.03.2017

Le fabricant de machines-outils Starrag a accusé en 2016 une baisse de plus de moitié (-52%) de son bénéfice net sur un an, à 4,6 mio CHF.

Baisse de 52% de son bénéfice net pour le fabricant de machines-outils Starrag.

Le ralentissement de la demande de l'industrie horlogère et des dépassements de coûts sur certaines commandes ont pesé sur la rentabilité du groupe saint-gallois de machines-outils Starrag. Une amélioration marquée est attendue pour l'exercice en cours.

L'assemblée générale du 28 avril devra se prononcer sur un dividende raboté de 0,20  à 1,00 franc, selon le communiqué de Starrag.

Tout comme le bénéfice net, l'excédent d'exploitation (Ebit) a été quasiment divisé par deux (-49,8%). Cet indicateur atteint 7,4 mio CHF. La marge Ebit s'est révélée décevante en s'inscrivant à 2%, a déclaré vendredi le président Daniel Frutig en conférence de presse. Le groupe a confirmé son objectif de 8% à moyen terme, bien que la marge n'ait jamais dépassé les 6%.

"Nous n'atteindront pas encore 8% cette année" a affirmé à AWP le directeur financier (CFO) Gerold Brütsch. Ce dernier anticipe toutefois une hausse substantielle en 2017, grâce notamment à différentes mesures opérationnelles qui devraient améliorer la performance de la société. Un développement "sain" des commandes constitue toutefois la priorité numéro un.

Le groupe avait révélé en janvier son chiffre d'affaires et ses entrées de commandes pour l'année 2016. Les ventes ont grappillé 2,2% à 372 mio CHF. Les entrées de commandes ont bondi de 44% à 480 mio CHF, le plus haut niveau de l'histoire de l'entreprise. Le carnet de commandes s'est envolé (+47%) à 348 mio CHF.

REPRISE DANS DE NOMBREUX SECTEURS

Le directeur général (CEO) Walter Börsch s'est félicité d'un développement solide dans les domaines Aerospace et Industrial, qui représentent 80% des volumes générés par le groupe. La division Industrial devrait profiter de la tendance à la reprise ressentie dans le secteur du luxe. Les segments énergie ainsi que gaz et pétrole pourraient également en bénéficier, tout comme les activités de transport par le biais des machines agricoles.

Les incertitudes actuelles, notamment celles aux Etats-Unis, n'inquiètent pas le dirigeant outre mesure. "Je ne vois pas d'influence négative de la politique américaine", assure-t-il. La croissance future viendra principalement d'Amérique du Nord et d'Asie.

Pour cette année, les ventes en monnaies locales (ML) et la marge opérationnelle devraient être nettement supérieures à celles de l'exercice écoulé. "Nous nous attendons à une forte progression du chiffre d'affaires" a indiqué le M. Brütsch. La croissance devrait atteindre deux chiffres de pourcentage.

Bien rempli, le carnet de commandes devrait permettre une hausse des ventes d'ici 2018, mais surtout en 2019.

Vendredi à 14h35, la nominative Starrag gonflait de 0,3% à 66,20 CHF, en harmonie avec le SPI (+0,28%). (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...