Bénéfice net en repli pour Straumann en 2018

mardi, 19.02.2019

Le fabricant bâlois d'implants dentaires Straumann a dégagé un bénéfice net de 277,8 millions de francs, contre un montant ajusté à 282,2 millions en 2017.

Les revenus de Straumann ont nettement progressé (+22,6%) à 1,36 milliard de francs. (Keystone)

Accélérant sa croissance au 4e trimestre, Straumann n'en a pas moins vu son profit net fléchir l'an dernier. Poursuivant une hausse à deux chiffre de ses revenus, le fabricant bâlois d'implants dentaires a dégagé un bénéfice net de 277,8 millions de francs, contre un montant ajusté à 282,2 millions en 2017.

Ajusté des gains issus de réévaluations consécutives aux acquisitions, le bénéfice net a cependant bondi à 273,9 millions de francs, 44 millions de plus qu'en 2017, précise mardi le groupe établi à Bâle. Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) s'est pour sa part envolé à 342,6 millions, contre 283,3 millions douze mois auparavant.

La marge correspondante s'est toutefois inscrite en recul à 25,1%, contre 25,5% en 2017. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) s'est hissé à 395 millions, soit 70 millions de plus que l'année précédente. La marge afférente s'est elle aussi érodée, passant de 29,1 à 29%.

Quant aux revenus, ils ont nettement progressé (+22,6%) à 1,36 milliard de francs. Exprimée en devises locales, leur expansion s'est fixée à 23,1%, alors que la croissance organique est ressortie à 18,9%.

Dividende accru

Alors que les ventes ont dépassé les attentes des analystes, la rentabilité s'est révélée inférieure aux prévisions. Sondés par AWP, les experts avaient en moyenne anticipé un chiffre d'affaires de 1,35 milliard, un Ebit de 346,3 millions et un bénéfice net 284,6 millions.

A la faveur de ce nouvel exercice de croissance, les actionnaires se verront verser un dividende accru. Le conseil d'administration de Straumann proposera à la prochaine assemblée générale de porter le versement à ses propriétaires à 5,25 francs par action, contre 4,75 francs au titre de 2017.

Les actionnaires devront également avaliser l'élargissement du conseil d'administration. L'organe de surveillance leur propose d'élire en tant que nouveau membre Juan-José Gonzales, un spécialiste reconnu de la santé et des techniques médicales ayant notamment oeuvré pour Pfizer, Procter & Gamble est Johnson & Johnson.

Evoquant l'exercice en cours, la direction de Straumann se veut optimiste, tablant sur une expansion du marché global des implants dentaires de 4 à 5%. Escomptant continuer à gagner des parts de marchés, l'entreprise vise un chiffre d'affaires en hausse de 13% ainsi qu'une amélioration des marges, malgré la poursuite d'investissements conséquents, comme l'an dernier. (ats)






 
 

AGEFI



...