Polyphor creuse ses pertes au 1er semestre

mercredi, 04.09.2019

Le déficit net du laboratoire rhénan Polyphor se monte à 27,9 millions au premier semestre contre 20,8 millions fin juin 2018.

Les frais de recherche et de développement ont par contre enflé de plus d'un tiers à 25,3 millions. (Keystone)

Le laboratoire rhénan Polyphor a inscrit sur le premier semestre 2019 un chiffre d'affaires nul et vierge, contre des recettes de 6,5 millions un an plus tôt. Les frais de recherche et de développement ont par contre enflé de plus d'un tiers à 25,3 millions, creusant le déficit net à 27,9 millions de francs contre 20,8 millions fin juin 2018.

La base de comparaison a été retravaillée pour tenir compte de l'abandon forcé des recherches cliniques avancées sur le murepavadin au printemps, précise le compte-rendu publié mercredi.

Confronté à un véto de l'Agence étasunienne des médicaments et produits alimentaires (FDA) sur la poursuite des études "Prism" sur le murepavadin contre la pneumonie nosocomiale, Polyphor est désormais contraint de concentrer ses efforts sur son unique autre traitement expérimental au stade clinique III, l'anticancéreux balixafortide.

Le murepavadin sera toutefois toujours développé dans l'indication contre la fibrose kystique, à un dosage devant permettre d'éviter les défaillances rénales ayant mené à son abandon contre la pneumonie acquise en milieu hospitalier. Des études précliniques peu gourmandes en liquidités seront aussi menées pour évaluer l'opportunité d'un redéveloppement.

Fin juin, les réserves de liquidités et équivalents s'élevaient encore à 97,2 millions, contre 133,8 millions six mois plus tôt. Le rythme de combustion sur l'ensemble de l'exercice a été revu à la baisse, tenant compte de l'abandon des phases III sur le murepavadin, dans une fourchette de 60 à 65 millions de francs, contre encore 65 à 80 millions.

La trésorerie devrait fondre jusqu'entre 68 et 72 millions d'ici la fin de l'année. (awp)






 
 

AGEFI




...