Emploi: les jeunes vaudoises plus qualifiées que leurs homologues masculins

mardi, 07.07.2020

Le cumul d’emplois et les engagements à durée déterminée sont devenus plus fréquents dans le canton de Vaud, selon Statistique Vaud. Le profil de qualification des femmes a également nettement évolué.

MH

Les Vaudoises disposent aujourd’hui plus souvent d’une formation de degré tertiaire (49%) que leurs homologues masculins (43%).(Pixabay)

Horaires de travail, flexibilité, taux d’occupation… Comment les conditions de travail de la population vaudoise ont-elles évolué sur les dix dernières années? Selon le dernier rapport de Statistique Vaud publié ce mardi, si les salariés sont moins souvent astreints à travailler selon des horaires atypiques, le cumul d’emplois et les engagements à durée déterminée sont devenus plus fréquents sur les dix dernières années. Le profil de qualification des femmes a aussi nettement évolué ces dernières décennies. Focus sur cinq évolutions majeures des conditions de travail dans le canton de Vaud.

1. Cumul d'emplois plus fréquent

Parmi les 411.000 travailleurs résidant sur sol vaudois, 30.000 exercent plus d’une activité professionnelle en 2019, soit 7,3% des actifs occupés. Le secteur de l’enseignement ainsi que celui de la santé et de l’action sociale regroupent 40% des multi-actifs du canton, alors qu’un quart des Vaudois y sont occupés. 

Comparée à la période 2010-2014, la proportion de personnes exerçant plus d'une activité professionnelle a progressé ces dernières années dans le canton, passant de 5,3% à 6,5% des actifs occupés. Au cours de la période 2015-2019, les femmes ont été proportionnellement deux fois plus nombreuses à exercer plus d’une activité professionnelle (8,8%) que les hommes (4,5%).

2. Des salariés plus souvent engagés à durée déterminée

Un salarié vaudois sur dix dispose d’un contrat de durée déterminée (CDD) en 2019, le plus souvent d’une durée comprise entre six mois et trois ans. Ce type de contrat est courant chez les moins de 25 ans (28%), mais reste rare (5%) entre 40 ans et 64 ans. Au-delà de l’âge de la retraite, un senior sur quatre qui continue à travailler le fait sur la base d’un CDD.

Tous âges confondus, c’est le personnel enseignant qui est le plus souvent engagé pour une durée déterminée (28%). Les travailleurs étrangers (12%) sont également plus concernés que les Suisses (9%).

Comparée à 2010, la part des salariés disposant d’un CDD a progressé de 1,6 point dans le canton et de 1 point au niveau suisse. Toutefois, c’est essentiellement entre 2010 et 2015 que la part des CDD s’est accrue. La situation s’est stabilisée depuis, tant sur le plan cantonal que national.

3. Six minutes de travail en moins

Au cours de la période 2010-2019, la durée normale de travail dans les entreprises vaudoises est passée de 41,65 à 41,55 heures hebdomadaires, ce qui représente une diminution du temps de travail de 6 minutes. En 2019, cette durée est très proche de la moyenne suisse (41,64). A noter que 82% des salariés vaudois à plein temps effectuent des heures supplémentaires: 49% sur une base régulière et 33% à titre occasionnel (moyenne 2015-2019).

4. Les jeunes femmes vaudoises très qualifiées

Le niveau de qualification de la main d’œuvre vaudoise a particulièrement progressé ces dernières années. Alors que les personnes actives occupées étaient 35% à détenir un titre de degré tertiaire en 2010, elles sont désormais 44% à disposer d’un tel niveau de formation.

Le profil de qualification des femmes a nettement évolué ces dernières décennies pour se rapprocher de celui des hommes. Parmi les personnes en activité de moins de quarante ans, les Vaudoises disposent aujourd’hui plus souvent d’une formation de degré tertiaire (49%) que leurs homologues masculins (43%).

5. Travail sur appel en hausse

En 2019, 3% des salariés vaudois accomplissent du travail sur appel, en particulier les moins de 25 ans (9%). C’est dans le secteur des arts, loisirs et services aux ménages que le travail sur appel est le plus répandu (8% des salariés). Entre 2010 et 2019, la part des salariés travaillant selon des horaires atypiques a globalement diminué, tendance qui se confirme au niveau suisse, principalement en ce qui concerne le travail du week-end. Alors que le travail sur appel est resté stable au niveau national, la tendance est plutôt à la hausse dans le canton.






 
 

AGEFI



...