Ralentissement de la conjoncture romande début 2017

mercredi, 04.01.2017

Le CREA anticipe un passage de l'activité économique en zone de faible croissance au premier trimestre 2017.

Le CREA anticipe un passage de l'activité économique en zone de faible croissance au premier trimestre 2017.

L'activité économique devrait s'enfoncer à nouveau en zone de faible croissance au premier trimestre 2017, selon le CREA. Les indices des cantons romands analysés reculent entre le quatrième trimestre 2016 et les trois premiers mois de 2017, à l'exception de Genève.
L'écart positif par rapport à l'indice suisse se réduit, alors que l'indice romand a évolué pendant plusieurs trimestres nettement au-dessus de l'indice national, indique mercredi l'Institut CREA de macroéconomie appliquée de l'Université de Lausanne.

S'il a régulièrement progressé en 2016 pour encore gagner 0,3 point au quatrième trimestre, le baromètre conjoncturel pour la Suisse romande perd ensuite 0,4 point au premier trimestre 2017, à 99,5 points.
Au niveau suisse, après avoir pris 0,2 point entre les troisième et quatrième trimestres, l'indice du CREA ne progresse plus lors des trois premiers mois de 2017, pour stagner à 99,4 points, dans la zone à faible activité avec un écart de production de 0,6% inférieur à l'équilibre.

Entre autres évolutions notables, les exportations baissent à nouveau depuis juillet, la tendance haussière observée pour les exportations de biens depuis le milieu de 2015 s'étant interrompue au cours des mois d'été 2016 et depuis juillet.

Les indices industriels du KOF se sont à nouveau dégradés au troisième trimestre, tant pour les entrées et les carnets de commandes ou celui pour la marche des affaires en général. Cette évolution négative s'est poursuivie de façon plus marquée encore au cours des mois d'octobre et de novembre.

Toutes les branches ont vu leurs exportations diminuer (horlogerie en particulier) ou stagner (chimie/pharma et machines), à l'exception de celles des produits de l'habillement et de l'industrie métallurgique. Les prévisions demeurent positives pour cette dernière, mais sont négatives pour les produits de l'industrie chimique et pharmaceutique.

Dans le détail des cantons romands, au premier trimestre 2017, seul l'indice genevois parvient à remonter (+0,2 point de pourcentage, à 99,8 points). Les indices valaisan et fribourgeois reculent de respectivement 0,8 et 0,9 point, mais s'accrochent tous deux à la valeur critique de 100 séparant forte et faible croissance.
Vaud et Neuchâtel s'enfoncent dans la zone à faible croissance. Le canton lémanique zigzague depuis quelques semestres entre redressement et recul, évoluant en parallèle avec l'indice suisse. Après avoir diminué au troisième trimestre 2016, l'indice remonte au suivant, mais rechute entre janvier et mars 2017, à 99,3 points.

L'indice neuchâtelois perd le plus de terrain entre le dernier trimestre 2016 et le premier de 2017 (-1 point à 98,5 points): il s'enfonce le plus dans la zone avec un écart de production négatif (-1,5%) par rapport à l'équilibre. C'est également le seul à se retrouver sous la valeur suisse, revenant aux niveaux de début 2016.
Le CREA ne publie aucun indice conjoncturel pour le canton du Jura, certaines données n'étant plus produites.

Les baromètres conjoncturels CREA représentent l'évolution prévue de la composante conjoncturelle du PIB réel. La composante conjoncturelle, aussi appelée écart de production, mesure la différence entre le PIB observé (ou effectif) et le PIB potentiel (ou de long terme) en pourcentage du PIB potentiel.(awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 
 
 

...