Deux tiers des Suisses favorables au traçage par smartphone

jeudi, 23.04.2020

Le coronavirus semble rendre les Suisses plus ouverts aux technologies numériques et aux nouvelles approches, selon une étude du cabinet Deloitte.

L'appli doit être téléchargée sur base volontaire, selon les informations actuelles des autorités suisses. (Keystone)

Dans la lutte contre le coronavirus, 64% des Suisses se disent favorables au traçage des chaînes d'infection via smartphone, selon un sondage. Et 60% seraient prêts à installer une telle application sur leur propre téléphone.

Le coronavirus semble rendre les gens plus ouverts aux technologies numériques et aux nouvelles approches, indique un communiqué de la société de conseil Deloitte, qui a réalisé cette enquête à Pâques auprès de 1500 personnes âgées de 16 à 64 ans vivant en Suisse.

Dans le détail, 30% soutiennent sans réserve cette option, et 34% y sont "plutôt favorables". Parmi les 36% de répondants sceptiques, seule une petite partie (14% de toutes les personnes interrogées) rejette catégoriquement l'enregistrement anonymisé des données de mouvement, et 22% la "rejettent plutôt".

Les personnes de moins de 30 ans sont légèrement plus nombreuses (68%) à approuver. Le taux d'approbation est également supérieur à la moyenne parmi les personnes travaillant dans le secteur des technologies de l'information ou des télécommunications (78%).

Par ailleurs, il n'existe guère de lien pertinent entre les réponses et la région du répondant, ni même de rapport avec le fait qu'il habite en ville ou à la campagne.

A bout touchant

Une telle application développée par un consortium international auquel participent les EPF de Lausanne est Zurich est à bout touchant. Elles devrait être prête d'ici au 11 mai, ont indiqué les deux hautes écoles et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) mardi.

DP-3T, pour Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing, permettra aux utilisateurs avertis d'un contact avec une personne infectée de s'isoler ou de se faire tester. L'interruption des chaînes de transmission doit contribuer à freiner l'épidémie jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible sur le marché.

L'appli doit être téléchargée sur base volontaire, selon les informations actuelles des autorités suisses. DP-3T est basée sur le Bluetooth et doit protéger la sphère privée des utilisateurs. Aucune donnée ne doit être sauvegardée de manière centralisée. (ats)

>>> Lire également notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...