Coronavirus: la Suisse élabore sa stratégie pour cet hiver

dimanche, 11.10.2020

Le contenu de cette stratégie sera communiqué ces prochaines semaines, a déclaré un porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dimanche.

Depuis mercredi, plus de 1000 cas sont enregistrés quotidiennement. Marcel Tanner, membre du groupe de travail Covid-19 du Conseil fédéral, a déclaré que la situation n'était "pas dramatique, mais inquiétante. (Keystone)

La Confédération, en collaboration avec les cantons, travaille sur une stratégie hivernale pour prévenir la propagation du coronavirus. Le contenu de cette stratégie sera communiqué ces prochaines semaines, a déclaré un porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dimanche à Keystone-ATS.

Le porte-parole a ainsi confirmé ces informations parues dans un article de la NZZ am Sonntag. Le journal affirme que le Conseil fédéral planche depuis des mois sur des scénarios de confinements régionaux pour faire face à la progression des cas de Covid-19 en Suisse. La NZZ am Sonntag se réfère à des procès-verbaux de conférences téléphoniques entre l'Office fédéral de santé publique (OFSP) et les médecins cantonaux.

"Pas dramatique, mais inquiétant"

Depuis mercredi, plus de 1000 cas sont enregistrés quotidiennement. Marcel Tanner, membre du groupe de travail Covid-19 du Conseil fédéral, a déclaré que la situation n'était "pas dramatique, mais inquiétante". Il a admis que le traçage des contacts des personnes infectées a "atteint ses limites à certains endroits".

Mais il ne faut pas renoncer à cette méthode, a-t-il souligné. "Au contraire, les cantons doivent faire des efforts encore plus importants, sinon nous serons frappés par une deuxième vague", a-t-il déclaré. Avant d'insister sur le fait que le traçage des contacts permet de briser les chaînes de transmission.

Selon M. Tanner, même s'il y a des lacunes, le traçage des contacts donne de bons résultats, lorsqu'on en évalue le pour et le contre. Ni confiner ni miser sur l'immunité collective ne devraient être des solutions à ce stade, car ce serait fatal sur les plans économique et social.(ats)






 
 

AGEFI



...