Les services de Bobst bénéficient déjà de son virage numérique

lundi, 27.07.2020

Le groupe vaudois Bobst, spécialisé dans les machines d’emballages, a enregistré un premier semestre dans les chiffres rouges en raison de la pandémie du Covid-19. Mais cette période a été révélatrice pour son potentiel à plus long terme.

En juin, la direction avait lancé un avertissement sur le risque d'un plongeon dans le rouge.(Keystone)

Durement touché par la crise du coronavirus, Bobst a subi une perte au premier semestre alors qu'il naviguait encore dans les chiffres noirs une année auparavant, selon un communiqué paru lundi. Le groupe demeure prudent pour la suite de l'exercice.

Le groupe vaudois souligne néanmoins le rôle d’accélérateur du Covid-19 pour de nombreux processus qui lui permettront de «récolter les fruits des investissements de ces derniers années», comme l’a souligné son CEO Jean-Pascal Bobst en conférence téléphonique. «L’entreprise travaille à l’émergence d’une nouvelle réalité où connectivité, digitalisation, automation et respect de l’environnement constitueront les piliers de la production d’emballages, souligne le communiqué publié lundi. Bobst poursuit sa démarche d’excellence pour proposer des machines toujours plus performantes en y intégrant des technologies intelligentes, des solutions logicielles et des plateformes dans le cloud afin de rendre la production d’emballages plus efficiente que jamais. Bobst Connect est au cœur de cette vision.»

Bobst travaille à l'émergence d'une nouvelle réalité

Les premiers résultats sont déjà là: la Business Unit Services n’a connu qu’un recul de 10% de son chiffre d’affaires (hors acquisition Cito; -6,3% au total), à 228,3 millions de francs. «Les chaînes d’approvisionnement pour les pièces détachées ont prouvé leur résilience», s’est réjoui le CEO. En revanche, pour le transport et l’installation de machines, les confinements et les restrictions de voyages ont pesé lourd, notamment au second trimestre, tant pour Sheet-fed que pour Web-fed. Jean-Pascal Bobst a toutefois souligné qu’«aucune commande de machines n’a été annulée».

Pour mettre en œuvre sa nouvelle vision, la société vaudoise est passée de cinq à quatre membres au sein de sa direction. Sheet-fed et Web-fed ne feront plus qu’une seule entité, dirigée par l’actuel responsable Web-fed Stephan März. Cela ne devrait guère générer des coûts supplémentaires, mais plutôt permettre de réaliser des synergies, selon les indications des dirigeants de Bobst.

Rebond attendu, mais chiffres inférieurs à 2019

Un rebond de la marche des affaires est prévu au deuxième semestre sans pour autant atteindre le niveau des six premiers mois de 2019. Malgré les demandes des analystes, Jean-Pascal Bobst s’est montré très clair: «Nous ne pouvons pas être plus précis à ce stade». Les dates de livraison des machines restent notamment trop incertaines.

Sur les six premiers mois de l'année, la perte nette du constructeur de machines d'emballages a atteint 30 millions de francs, contre un bénéfice net de 7,4 millions entre janvier et juin 2019, ce qui est tout de même supérieur aux attentes du consensus AWP qui tablait sur -41,3 millions.

Quant au résultat opérationnel (Ebit), il est aussi marqué par le fer rouge, avec -25,1 millions, contre +14,8 millions 12 mois auparavant. En juin, la direction avait lancé un avertissement sur le risque d'un plongeon dans le rouge en raison de la pandémie de Covid-19.

Le chiffre d'affaires est lui tombé de 29% pour s'établir 523,8 millions de francs pendant la période sous revue. Les analystes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB) estiment que la réorganisation ne générera pas de potentiel d'amélioration substantiel.

Investisseurs sur la retenue

De leur côté, les analystes de Vontobel soulignent que la réorganisation et la fusion des unités de machines réduiront la transparence mais permettront de réaliser des économies. La révision des objectifs sur le long terme signale des niveaux potentiels de rentabilité qui sur le plan structurel risquent de s'avérer plus faibles à l'avenir, poursuit Vontobel.

Les stocks ont certes augmenté au second trimestre, avec l'espoir d'une reprise significative de la demande grâce au commerce en ligne, mais la banque zurichoise craint que la baisse du carnet de commandes ne mette un bémol aux perspectives de croissances en 2021.

Les analystes de Mirabaud restent pour leur part convaincus que le marché où Bobst est actif demeurera faible à court terme.

A la Bourse suisse, les investisseurs ne semblaient pas rassurés. A midi, le titre Bobst baissait de 1,66% à 59,35 francs, alors que l'indice du marché élargi SPI avançait de 0,45%. (CA, avec awp)






 
 

AGEFI



...