Boeing prend des mesures pour gagner en efficacité sur la sécurité

mercredi, 25.09.2019

Le constructeur américain Boeing se dote d'un comité de la sécurité aérospatiale au sein de son conseil d'administration.

Les 737 MAX sont cloués en sol depuis plus de six mois après deux accident mortels. (Keystone)

Boeing, sous le feu des critiques sur la sécurité de son 737 MAX, a annoncé mercredi une réorganisation interne dans le but de gagner en efficacité sur les questions de sécurité.

Parmi les mesures adoptées à la suite d'un examen interne des procédures du constructeur aéronautique, Boeing fait état de l'approbation "officielle" d'un comité permanent de la sécurité aérospatiale au sein de son conseil d'administration.

Ce comité aura "pour responsabilité première la supervision et de s'assurer de la sécurité de la conception, du développement, de l'assemblage, de la production, de la mise en oeuvre, la maintenance et la livraison des produits et services" de Boeing.

Cette annonce intervient alors que les autorités de sécurité aérienne n'ont toujours pas donné de date de reprise des vols du 737 MAX cloués en sol depuis plus de six mois après deux accident mortels.

En outre, un panel d'experts émanant des autorités mondiales de l'aviation civile (JATR) doit rendre, dans les prochaines semaines, un rapport sur les procédures d'homologation du 737 MAX et faire des propositions pour les améliorer.

Toute la flotte a été bannie du ciel à travers le monde après deux accidents: un appareil de Lion Air en octobre 2018 et un appareil d'Ethiopian Airlines en mars. Au total, les deux tragédies ont fait 346 morts.

Boeing, qui insiste sur "son engagement" à assurer la sécurité des vols de ses compagnies clients, souligne qu'il compte simplifier ses procédures internes, avec par exemple un report des informations directement au sommet de la hiérarchie, ce qui permettra à la direction d'être informée rapidement des potentiels problèmes.

Par ailleurs, le constructeur suggère de "travailler avec toutes les parties prenantes de l'aviation pour conseiller et recommander la formation générale des pilotes, les méthodes et les programmes d'études, au-delà de ceux recommandés dans un programme de formation traditionnel", pour tous les avions commerciaux qu'il fabrique.

Une façon de répondre aux critiques sur la formation défaillante sur le 737 MAX.

Dans cette crise, l'agence fédérale de l'aviation (FAA), le régulateur aérien américain, est aussi vertement critiquée.

Il lui est reproché notamment d'avoir été la dernière autorité à clouer l'avion au sol et d'avoir confié à Boeing l'homologation des systèmes importants du 737 MAX, dont le MCAS, le système anti-décrochage mis en cause dans ces accidents.

Grâce à une procédure baptisée ODA adoptée en 2005 sous la pression du lobby aéronautique, sur fond de dérégulation et de baisse du budget de l'agence, Boeing choisissait les ingénieurs devant inspecter ses avions, la FAA apposait son sceau. (awp)






 
 

AGEFI




...