Conseil fédéral: Ignazio Cassis premier candidat officiel du PLR

mardi, 01.08.2017

Le conseiller national tessinois Ignazio Cassis, 56 ans, est le premier candidat officiel à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral.

Ignazio Cassis a été désigné par les délégués du PLR tessinois. (Keystone)

Les délégués du PLR tessinois ont désigné le conseiller national tessinois Ignazio Cassis, 56 ans, comme unique candidat par acclamation. Cette décision devrait ouvrir la voie à des candidatures romandes féminines.

Ignazio Cassis, chef du groupe parlementaire libéral-radical à Berne, fait depuis le début figure de favori pour remplacer Didier Burkhalter. Le Tessin réclame un siège, après 18 ans d'absence au sein du collège gouvernemental. La direction du parti cantonal avait déjà choisi M. Cassis comme unique poulain officiel en juillet.

"C'est un immense honneur de pouvoir représenter le Tessin", a lancé le candidat à la candidature mardi à Breggia (TI). La Suisse a besoin d'un conseiller fédéral tessinois, c'est une question de "nécessité culturelle", selon lui. Mais il y a encore beaucoup d'obstacles avant le jour de l'élection, a-t-il prévenu. "On doit être conscients qu'une déception n'est pas exclue."

Pas d'arrogance

Une double candidature avait été évoquée dans la presse, avec celle de l'ex-conseillère d'Etat Laura Sadis. Mais seuls trois délégués ont soutenu l'idée d'un double ticket. Laura Sadis ne partait pas favorite: elle n'a plus géré de dossiers fédéraux ou cantonaux depuis plus de deux ans. "Il a toujours été clair qu'Ignazio Cassis est le candidat du parti", a-t-elle réagi mardi.

Présenter plusieurs candidats, cela aurait pu être interprété comme de l'arrogance, a de son côté souligné le président du PLR tessinois Bixio Caprara. Cela aurait aussi été risqué, car l'ensemble de la position tessinoise aurait été affaiblie, a-t-il estimé dans son discours.

La place du Tessin n'est pas réservée, a reconnu le patron du parti cantonal. Il faudra certainement compter avec une candidature romande. Des propos qui ont fait écho à ceux de la présidente de la Confédération Doris Leuthard.

Interrogée lundi par la RTS, elle a dit ne pas voir de risque pour la cohésion nationale dans l'absence d'un représentant ou d'une représentante du Tessin. Le gouvernement représente toute la population, a-t-elle souligné, en annonçant par la même occasion sa volonté de ne pas briguer un nouveau mandat en 2019.

La volonté des libéraux-radicaux tessinois de n'envoyer qu'un seul candidat dans la course fait en tout cas grincer des dents depuis des semaines. La gauche, les Vert'libéraux et certains PDC ont déjà annoncé qu'ils soutiendraient une femme face à un homme jugé trop proche des assureurs. Le médecin tessinois est à la tête de l'association des caisses maladie Curafutura.

En Suisse romande, le PLR vaudois a déjà montré son intérêt. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro est sortie du bois, et la conseillère nationale et vice-présidente du parti Isabelle Moret a dit jusqu'ici qu'elle réfléchissait. Les deux libérales-radicales n'ont pas souhaité mardi commenter la décision de leurs collègues tessinois.

A Genève, le conseiller d'Etat Pierre Maudet est également pressenti. Il n'a toutefois rien dit de ses intentions jusqu'à présent, et n'a pas fait de commentaires mardi. Quant au PLR fribourgeois, il a déclaré mi-juin être en discussion avec le conseiller national et directeur de l'Union suisse des paysans Jacques Bourgeois pour une éventuelle candidature.

Pas de candidature unique

Didier Burkhalter se retirera en automne après huit ans au Conseil fédéral. Les sections cantonales du PLR ont jusqu'au 11 août pour présenter leurs candidats à sa succession.
La direction nationale du PLR a clairement fait savoir qu'elle souhaitait une candidature latine. Sa présidente Petra Gössi a exclu de présenter une candidature unique devant le Parlement.

Mardi, le PLR suisse s'est réjoui de la candidature d'Ignazio Cassis. En tant que conseiller national et président du groupe parlementaire, il a prouvé son aptitude à faire face à un poste exigeant, lit-on dans un communiqué. Jusqu'à l'élection, M. Cassis sera remplacé ad intérim par le conseiller national Beat Walti (ZH) à la tête du groupe.

La présidence du parti va désormais analyser cette candidature, comme les autres qui lui seront soumises, et donnera son avis au groupe parlementaire. Celui-ci décidera du ticket officiel le 1er septembre. L'élection aura lieu le 20 septembre.


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...