Les grands distributeurs ne pourront pas élargir leur offre de vente lundi prochain

mercredi, 22.04.2020

Le Conseil fédéral a corrigé mercredi son annonce de la semaine dernière afin de ne pas créer d'inégalité de traitement avec les autres magasins qui ne rouvriront que le 11 mai.

Dans le cadre de sa stratégie d'assouplissement, le Conseil fédéral avait décidé d'autoriser, outre la vente des biens de consommation courante, celle de toutes les autres marchandises des magasins d'alimentation. Cette décision avait soulevé un tollé.( Keystone)

Les grands distributeurs ne pourront pas élargir leur offre de vente lundi prochain. Le Conseil fédéral a corrigé mercredi son annonce de la semaine dernière afin de ne pas créer d'inégalité de traitement avec les autres magasins censés rouvrir le 11 mai.

Dans le cadre de sa stratégie d'assouplissement, le Conseil fédéral avait décidé d'autoriser, outre la vente des biens de consommation courante, celle d'autres marchandises des magasins d'alimentation. "L'élargissement n'aurait pas été très grand, mais cela a provoqué beaucoup d'incertitudes et de questions, le gouvernement a préféré y renoncer", a justifié devant la presse Alain Berset.

"Cette décision manque de logique et est incompréhensible pour les industries et la population", a réagi l'Union suisse des arts et métiers qui aurait voulu que le commerce de détail puisse rouvrir lundi. Selon l'organisation, le commerce de détails des PME a déjà été massivement discriminé depuis le début de la pandémie.

Plusieurs cantons alémaniques sont aussi déçus de n'avoir pas obtenu une ouverture plus rapide de tous les commerces. Argovie et St-Gall en avaient fait la demande mardi. Ils ont été suivis mercredi par Obwald, Appenzell Rhodes-Extérieures et la Thurgovie qui demandait davantage de marge de manoeuvre cantonale en la matière alors que la Suisse orientale est peu touchée par le Covid-19.

Selon M.Berset, les autorités doivent rester prudentes et il ne faut surtout pas aller trop vite pour le déconfinement. Tout le monde a envie de passer du temps cet été sur une terrasse de café avec des proches. "Ce ne paraît pas impossible, mais il faut absolument rester concentrés."

Décision mercredi prochain

Comme l'école obligatoire, l'ensemble des commerces et des marchés devraient rouvrir le 11 mai. Le gouvernement ne tranchera toutefois définitivement la question que la semaine prochaine.

A cette séance du 29 avril, il devrait aussi examiner la reprise de certaines activités sportives et culturelles, une ouverture par étapes dans les domaines de la restauration et du tourisme et la réouverture des écoles postobligatoires.

Le Conseil fédéral examine également un assouplissement des conditions dans le domaine du sport. "On devrait pouvoir reprendre le sport début mai", selon Viola Amherd. Pour autant que l'activité en question n'implique pas des contacts trop étroits comme le rugby, a-t-elle ajouté.

Aux branches de se préparer

Pour accompagner les assouplissements à venir, les branches doivent préparer elles-mêmes des plans de protection. Un concept de protection standard sera publié "tout bientôt", a promis le ministre de la santé.

Les seuls commerces qui pourront ainsi rouvrir lundi prochain sont les magasins de bricolage et jardineries (pépinières et magasins de fleurs inclus). Les prestataires de services impliquant un contact physique comme les salons de coiffure, de massage, de tatouage et de beauté sont également concernés. De même que des établissements en libre-service comme les solariums, les stations de lavage de voitures ou les champs de fleurs.

Traitements médicaux

En accord avec les cantons, le Conseil fédéral a par ailleurs clarifié mercredi la limitation des examens et traitements médicaux non urgents à l'hôpital. Il y a une semaine, il avait indiqué lever l'interdiction nationale pour le 27 avril et autoriser les hôpitaux à reprendre ces interventions à partir de cette date.

Les cantons restent tenus de garantir des capacités suffisantes dans le domaine stationnaire pour traiter notamment les patients atteints du Covid-19. Ils peuvent désormais limiter eux-mêmes les interventions non urgentes et continuer d'obliger les hôpitaux à mettre leurs ressources à disposition. Les hôpitaux doivent en outre garantir des stocks suffisants de médicaments essentiels.

Régime tessinois

Enfin, en raison de la situation épidémiologique, le Conseil fédéral a autorisé le canton du Tessin à prolonger jusqu'au 3 mai les restrictions dans certaines branches de l'économie. Les mesures prises ont été discutées avec les partenaires sociaux et le canton a assuré que c'était la dernière fois qu'il demandait une exception, a précisé M. Berset. (awp)

>>> Lire également notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...