Le secteur des matières premières doit mieux respecter les droits de l'homme

vendredi, 30.11.2018

Le Conseil fédéral a adopté vendredi seize nouvelles recommandations pour renforcer l'intégrité et la compétitivité de la branche.

Le gouvernement est conscient de l'importance du secteur, qui représente l'équivalent de 3,8% du produit intérieur brut.

Le secteur des matières premières doit encore faire des efforts notamment sur le respect des droits de l'homme. Le Conseil fédéral a adopté vendredi seize nouvelles recommandations pour renforcer l'intégrité et la compétitivité de la branche.
Le gouvernement est conscient de l'importance du secteur, qui représente l'équivalent de 3,8% du produit intérieur brut. Mais la branche reste confrontée à des défis liés au respect des droits de l'homme, à la mobilisation des ressources locales pour le financement du développement et à la protection de l'environnement.
Une vision globale est indispensable. Elle doit couvrir le droit des sociétés, la fiscalité des entreprises ou la responsabilité sociétale de celles-ci, y compris la lutte contre la corruption.


Intégrité
Sur le plan international, la Suisse doit poursuivre son engagement pour le développement, la promotion et l'amélioration des normes globales. Elle doit également s'impliquer afin que les pays émergents et ceux qui négocient les matières premières respectent ces normes.
Les entreprises actives en Suisse ou depuis la Suisse doivent adopter un comportement intègre et responsable, exige le Conseil fédéral. Le gouvernement veut aussi poursuivre les travaux qui visent à réduire les risques de blanchiment d'argent.

Compétitivité de la place
Singapour, Londres ou Dubaï sont d'importants concurrents de la Suisse. La compétitivité du négoce helvétique doit être activement soutenue et les conditions-cadre renforcées, estime le gouvernement. La relève professionnelle et les centres de compétences sont également des points essentiels pour renforcer la compétitivité et l'innovation.
Par ailleurs, le Conseil fédéral veut récolter plus de statistiques afin de dresser un état des lieux représentatif du secteur. Le dialogue entre les cantons, les ONG et le secteur doit être approfondi. Cela permettra d'identifier les défis, les possibilités de solutions, les risques et les opportunités.
La plateforme interdépartementale "Matières premières", dirigée par le Département fédéral des finances, celui de l'économie et celui des affaires étrangères, est chargée de coordonner la mise en oeuvre des seize recommandations du gouvernement. Elle devra également rédiger un rapport sur l'avancement des travaux d'ici la fin 2020. (awp)






 
 

AGEFI



...