Le lancement de CHEOPS est reporté d'au moins 24 heures

mardi, 17.12.2019

Le compte a rebours du lancement du télescope CHEOPS a été interrompu un peu plus d'une heure avant l'envol à cause d'un problème de software.

Le chef des opérations de l'Agence spatiale européenne, Markus Kissler-Patig, lors d'un événement organisé pour le lancement de CHEOPS, à Madrid. (Keystone)

Le lancement du télescope CHEOPS par la Suisse et l'Agence spatiale européenne (ESA) est reporté d'au moins 24 heures en raison d'un problème de logiciel. La fusée aurait dû décoller à 9h54 (suisse) mardi de Kourou en Guyane française.

Le compte à rebours a été interrompu une heure et dix minutes avant l'envol à cause d'un problème de software au niveau de l'étage supérieur de la fusée, selon une journaliste de Keystone-ATS sur place.

C'est là que se trouvent les satellites. Ils sont en sécurité, a indiqué l'ESA, qui annoncera vers 18 heures mardi si une nouvelle tentative est envisageable cette semaine.

Les équipes techniques sont en train de rechercher les causes exactes du problème, a indiqué Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial à l'ESA.

Le départ est reporté d'au moins 24 heures, la fenêtre de tir étant à 9h54, à la seconde près. Le lancement doit se faire au plus tard d'ici jeudi, faute de quoi il sera reporté à l'an prochain.

Le réservoir des boosters - le premier étage de la fusée - a en effet été vidé après l'interruption du compte à rebours, et cette procédure ne peut pas être répétée plus de deux fois, au risque de créer des problèmes de joints peuvent, a précisé M. Neuenschwander. La fusée devrait alors être désinstallée pour subir un check-up.

4000 exoplanètes

CHEOPS (abréviation de CHaracterising ExOPlanet Satellite) est un projet de l’ESA et de la Suisse. Ses objectifs consistent à étudier les exoplanètes en observant les étoiles autour desquelles elles orbitent.

Près de 4000 exoplanètes - orbitant autour d'une étoile autre que le Soleil - ont été détectées depuis la découverte de la première, 51 Pegasi b, il y a 24 ans par les Prix Nobel de physique 2019 Michel Mayor et Didier Queloz.

L'objectif de CHEOPS n'est pas d'aller en débusquer de nouvelles mais d'analyser celles déjà identifiées pour tenter de comprendre de quoi elles sont faites. C'est là un pas dans la longue quête de conditions de formes de vie extraterrestre, mais aussi des origines de la Terre.

Le lanceur moyen Soyouz doit également déployer le satellite d'observation de la Terre COSMO-SkyMed Second Generation, pour l'Agence spatiale italienne (ASI) et le ministère de la Défense italien. Il emporte trois charges auxiliaires: les nanosatellites français Angels et Eyesat, et l'autrichien Ops-Sat. (ats)






 
 

AGEFI




...