Pour Conte, il faut améliorer le pacte de stabilité de l'Union européenne

lundi, 09.09.2019

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a estimé lundi qu'il fallait "améliorer le pacte de stabilité" de l'UE. Ce dernier impose aux pays membres que leur déficit budgétaire ne dépasse pas les 3% du PIB et leur dette les 60% du PIB.

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte présente le programme de son gouvernement avant un vote de confiance.(Keystone)

"Il faut améliorer le pacte de stabilité et son application pour soutenir les investissements, dont ceux (devant permettre) un développement respectueux de l'environnement et équitable sur le plan social", a dit le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte aux députés en présentant le programme de son gouvernement avant un vote de confiance. Des règles budgétaires trop rigides "risquent de réduire à néant les efforts importants accomplis pour relancer la croissance potentielle du pays".

Mais nul conflit avec l'UE, comme lors du gouvernement précédent. Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite), et Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), multipliaient alors les attaques contre Bruxelles sur de nombreux sujets, allant du respect du Pacte de stabilité à la gestion des flux migratoires.

"Moteur d'une phase de relance"

"L'Italie sera le moteur d'une phase de relance et de renouvellement de l'Union, visant à construire une Europe plus solidaire (...) plus proche des citoyens", a-t-il assuré. Dans ce contexte, il a réitéré les priorités de la politique étrangère, celles "que l'histoire, la géographie et la tradition politico-culturelle" imposent à l'Italie."Outre notre responsabilité d'Etat-membre de l'UE", les autres lignes directrices sont "les relations transatlantiques, avec comme conséquence l'appartenance à l'OTAN et les liens essentiels avec les Etats-Unis, ainsi que la stabilisation et le développement de la région de la Méditerranée", a assuré M. Conte.La Méditerranée "est marquée par des crises humanitaires et des conflits croissants, mais elle reste aussi une terre de grandes opportunités", a remarqué le président du conseil italien dont la nouvelle majorité est soutenue par le M5S, le Parti démocrate (PD, centre-gauche) et le petit parti de gauche Libres et Egaux (Liberi e Uguali, LEU). Ces trois partis devraient lui permettre d'obtenir sans problème la confiance des députés. Ce sera un peu plus compliqué mardi au Sénat."Mon engagement personnel ne va pas s'arrêter à la Méditerranée et je pense continuer à attacher la plus grande attention à l'Afrique, aussi bien en renforçant le dialogue au plus haut niveau qu'en me faisant l'interprète en Europe du rôle positif de ce continent dans les dynamiques internationales", a déclaré M. Conte.(awp)

 

 






 
 

AGEFI




...