Le traçage individuel pour mettre en boîte le virus, à Neuchâtel

lundi, 27.04.2020

Le canton de Neuchâtel mènera des enquêtes d'entourage dès mercredi.

Des policiers de la police cantonale du canton de Neuchatel contrôlaient les véhicules en direction du Creux-du-Van, il y a quelques jours. Le Conseil d'Etat neuchâtelois avait décidé d'en restreindre l’accès. (Keystone)

Pour réussir le déconfinement, le canton de Neuchâtel va tester dès mercredi toutes les personnes suspectées d'être infectées par le Covid-19. Une équipe de 15 personnes sera chargée de mettre en place des enquêtes d'entourage pour confiner et isoler les personnes identifiées. «On revient aux suivis individuels du début pour mettre en boîte le virus», a déclaré lundi Laurent Kurth, conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la santé. Si des policiers feront notamment partie de l'équipe qui va opérer ce traçage, il «ne s'agit pas d'une opération de police», a rappelé le Conseil d'Etat.

Cette opération sera supervisée par le médecin cantonal, Claude-François Robert. «Le but est d'aller très vite pour identifier les risques, isoler les personnes qui doivent l'être et rendre leur liberté aux autres», a-t-il ajouté. Selon les besoins, les personnes seront placées en quarantaine à domicile ou dans des lieux spécifiques. A ce jour, 2500 tests ont été réalisés dans le canton.

Une grande part des décès dans les EMS

Le canton de Neuchâtel recense actuellement 64 décès liés au Covid-19, dont 39 ont eu lieu dans des EMS. Le Réseau hospitalier neuchâtelois compte 30 patients hospitalisés en lien avec la pandémie, dont trois aux soins intensifs. La situation dans les EMS reste «extrêmement sensible», a ajouté Laurent Kurth. Sur les 50 établissements existants dans le canton, la moitié a au moins un cas Covid dans son personnel ou parmi ses résidents, un quart est touché par plusieurs cas et quelques institutions sont particulièrement affectées et font l'objet de suivis quotidiens.

Courses d'école supprimées

Avec la réouverture des écoles obligatoires le 11 mai, les règles de distanciation sociale (de 2 mètres) ne devront vraisemblablement pas être appliquées, mais les établissements seront équipés en savon liquide, essuie-mains jetables, gel hydro-alcoolique et désinfectant. Les courses d'écoles, joutes sportives et camps verts seront supprimés jusqu'à la fin de l'année scolaire.

Au niveau des modalités de promotion, les épreuves qui auront lieu depuis le 11 mai ne seront prises en compte que si cela améliore la promotion. Au niveau du post-obligatoire, le canton attend que le Conseil fédéral autorise librement les cantons à maintenir ou annuler les épreuves écrites d'examens de maturité, selon leur situation. 

De grands chantiers pour mettre en branle la relance

Au niveau économique, le canton de Neuchâtel a dû mettre les bouchées doubles pour éviter des faillites, des licenciements et prévenir la précarisation. «Nous avons reçu 4000 décisions de RHT (réduction horaire de travail) en un mois, ce qui représente le volume des 20 années précédentes», a déclaré le responsable de l'économie Jean-Nathanaël Karakash. Dans le canton, 1000 personnes supplémentaires sont également suivies par le Service de l'emploi depuis le début de la crise. Le recours à l'aide sociale a pu être évité pour l'instant, aucune hausse n'a été enregistrée jusque-là, a expliqué le conseiller d'Etat.

Le démarrage des travaux de concrétisation du RER entre le haut et le bas du canton aura bien lieu en 2020, a ajouté Laurent Favre, en charge du développement territorial et de l'environnement. Avec le début des contournements des deux villes des Montagnes neuchâteloises en 2021, ces grands chantiers de 2 milliards de francs «permettront de préparer l'avenir» et vont contribuer à la relance économique du canton, a expliqué Laurent Favre.

Pas de hausse des violences conjugales

La période de semi-confinement n'a pas entraîné de hausse des violences conjugales et des suicides, a ajouté Alain Ribaux, en charge de la sécurité. Le président du Conseil d'Etat s'est aussi réjoui de voir que les amendes d'ordre pour non-respect des mesures sanitaires n'ont pas explosé.

Dans le détail, 236 infractions ou 40 situations ont été notifiées pour rassemblement de plus de cinq personnes. Septante-six amendes d'ordre ont été distribuées pour non-respect des distances sanitaires et 68 amendes ont été délivrées à des personnes ayant bravé l'interdiction d'accès au Creux-du-Van et aux Gorges de l'Areuse, une interdiction qui reste en vigueur actuellement malgré le début du déconfinement. (ATS)

>>> Lire également notre dossier Coronavirus

 

 






 
 

AGEFI



...