Trop de règles tue la règle

samedi, 02.05.2020

Le bon équilibre entre le respect de l’intelligence humaine et l’éducation nécessaire des foules est immunodéprimé.

Pécub

Trop de confinement tue le confinement.

Trop de liberté tue la liberté, trop de plaisir tue le plaisir, trop de philosophie tue la philosophie, trop de travail tue le travail, trop de communication tue la communication.

Le bon équilibre entre le respect de l’intelligence humaine et l’éducation nécessaire des foules est immunodéprimé.

Il faut régulièrement se laver les mains, il faut garder la distance, il faut tousser dans le coude, en cas de doute, il faut porter un masque, en cas de suspicion de symptômes avertisseurs il faut appeler son médecin généraliste. Les messages papier rouges sont partout sur les murs, les portes les vitrines, on ne voit plus que cela. Les messages de bonnes pratiques sanitaires à la télévision occupent tout l’espace publicitaire. Sur les plateaux des journaux télévisés se succèdent sans discontinuer les experts en pandémie. Une question, hors sinistrose, existe-t-il une autre vie ?

Trop de confinement tue le confinement. Trop de mesures de sécurité tue la sécurité. Trop de distances sanitaires tue le sanitaire. Trop de règles tue la règle. A force de vouloir tout faire pour survivre, on va oublier de vivre. Le meilleur des médicaments a sa date de péremption. De même, la communication de crise doit savoir quand s’arrêter. Avant de devenir toxique et d’ouvrir la porte à quantité d’effets secondaires. L’anatomie de l’intelligence humaine, les fables de la production industrielle, le miroir aux alouettes de la reprise économique, la suprématie de l’ignorance, la vanité de ceux qui savent, le silence de ceux qui doutent, les facteurs de stress post traumatique gonflent à éclater.

Nous aurons peut-être pour un temps échappé au virus, cependant pour faire cela, hors contrôle et sans le savoir, nous aurons peut-être développé d’autres pathologies. Psychologiques, psychiatriques, relationnelles, anxiogènes, urbaines, sociales, sensorielles, intellectuelles. Trop de rester à la maison tue la maison. Mais comment ont fait pangolins et chauvesouris pour s’accommoder du virus ? Certainement pas en regardant la télévision. Certainement pas en lisant les directives sur fond rouge. Certainement pas en appliquant les gestes arbitraires. Le virus a dit à la chauvesouris, j’ai le droit d’exister. La chauvesouris a dit au virus, j’ai le droit de vivre. Ils ont négocié, et ils ont trouvé un compromis.






 
 

AGEFI



...