Deutsche Bank fait bondir son bénéfice trimestriel malgré une chute des recettes

jeudi, 27.07.2017

Le bénéfice net retraité des intérêts minoritaires atteint 447 millions d'euros, contre 18 millions il y a un an, quand l'établissement était plombé par de multiples affaires judiciaires.

Le bénéfice net retraité des intérêts minoritaires atteint 447 millions d'euros, contre 18 millions il y a un an, quand l'établissement était plombé par de multiples affaires judiciaires.

Deutsche Bank a fait état jeudi d'un bond de son bénéfice net au deuxième trimestre, multiplié par plus de 20 sur un an, un redressement qui masque le net recul des recettes en particulier dans la banque d'investissement.

Le bénéfice net retraité des intérêts minoritaires atteint 447 millions d'euros, contre 18 millions il y a un an, quand l'établissement était plombé par de multiples affaires judiciaires.

La première banque allemande fait mieux que les 342 millions attendus par un panel d'analystes interrogé par le fournisseur de services financiers Factset.
En revanche, les recettes ont chuté de 10%, à 6,6 milliards d'euros, quand les mêmes analystes tablaient sur 7,2 milliards.

"En dépit de la nette amélioration, ce résultat reste en deçà de nos attentes sur le long terme. En termes de recettes, nous ne sommes pas encore parvenus partout là où nous le voulons", a commenté John Cryan, le président du directoire de la banque, cité dans un communiqué.

Le reflux des recettes est particulièrement fort dans la banque d'investissement, avec -16% à 3,6 milliards d'euros, sur fond de désertion des clients dans sa principale division d'exploitation.

Dans le détail, les activités sur les marchés, liées aux instruments financiers et aux devises, ont nettement reculé, en particulier de 28% dans le négoce d'actions. Les recettes de conseil en restructuration et en financement sur le marché, comme les transactions globales, ont également subi un ralentissement.

S'ajoute un effet comptable négatif lié à une augmentation de la valeur de la dette émise par la banque, car les investisseurs voient le risque d'un non-remboursement s'éloigner.
Les recettes dans la banque des entreprises et des particuliers, incluant la gestion de fortune, ont quant à elles reculé de 7%, à 2,6 milliards d'euros, et de 4% dans la gestion d'actifs, à 676 millions d'euros.

Le président de la banque voit néanmoins celle-ci réaliser de "bons progrès" en ce qui concerne la baisse des charges et l'apport de liquidités via de nouveaux clients.
Moins lestée par les affaires judiciaires et en forçant le cap de sa restructuration, Deutsche Bank a pu réduire ses charges de 15% par rapport au même trimestre de l'an dernier. Depuis, la banque francfortoise a diminué ses effectifs de 4.656 emplois à temps plein. Elle a par ailleurs fermé 177 agences en Allemagne depuis le mois de janvier, sur un total prévu de 188.

Les fonds propres prudentiels affichent quant à eux un ratio de 14,1%, bien supérieur au minimum exigé par les régulateurs, et ce à la faveur d'une levée de près de 8 milliards d'euros d'argent frais sur le marché réalisée lors du trimestre écoulé.

Après deux années de pertes en milliards, la banque est parvenue à dégager à mi-2017 un bénéfice semestriel de 1,0 milliard d'euros. Sans donner d'indication précise sur l'ensemble de l'année, John Cryan affirme que celle-ci poursuit sa modernisation et se concentre "désormais à croître de manière profitable."(awp)


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...