Belle performance de Swisscom dans un marché peu bouleversé

jeudi, 30.04.2020

Le bénéfice net est en hausse pour Swisscom au premier trimestre, malgré une vive concurrence et une forte pression sur les prix. La compagnie phare du marché suisse des télécommunications ne peut encore estimer l'impact qu'aura la pandémie sur ses affaires.

Pour l'opérateur historique, les conséquences financières de la pandémie de Covid-19 ne peuvent pas être quantifiées en l'état. De l'avis d’Urs Schaeppi «le marché n'a pas fondamentalement changé». (Keystone)

Malgré des ventes en repli, Swisscom a accru son profit au premier trimestre 2020. A la faveur d'un effet fiscal unique, le numéro un suisse des télécommunications a vu son bénéfice net progresser en l'espace d'un an de 2,9% à 394 millions de francs. Les conséquences financières de la pandémie de nouveau coronavirus ne peuvent pour l'heure être évaluées.

Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) s'est légèrement contracté de 0,7% à 1,11 milliard de francs, a précisé jeudi Swisscom. Dans les activités de base en Suisse, cet indicateur de rentabilité s'est dégradé de 0,5%, alors qu'il a crû de 4,9% (en euros) pour la filiale italienne Fastweb. Le chiffre d'affaires du groupe s'est établi à 2,74 milliards de francs, comme attendu en repli de 4,3%. Les revenus des activités de base en Suisse, lesquelles sont à saturation, se sont montés à 2,07 milliards, en baisse de 4,4%. Le tassement reflète la vive concurrence et la pression sur les prix qui en découle dans différents segments ainsi qu'une baisse du nombre de clients dans l'accès à internet.

Ces effets ont toutefois pu être largement compensés par les mesures de réduction des coûts. Dans le cadre d'une conférence téléphonique, le directeur financier, Mario Rossi, a précisé que les charges indirectes ont pu être réduites de 33 millions de francs entre janvier et fin mars. Une diminution qui correspond à un tiers de l'objectif annuel.

270 postes en moins

Sur ces 33 millions de francs, 14 ont été réalisés au niveau des coûts de personnel, le reste provenant entre autres de l'informatique. Le directeur général, Urs Schaeppi, a pour sa part précisé que l'opérateur continue de viser des réductions de coûts de 100 millions de francs cette année ainsi qu'en 2021 et 2022. A fin mars, Swisscom employait au total 19.719 salariés à temps plein, 3,1% de moins que douze mois auparavant. En Suisse, l'effectif s'est contracté de 4% à 17.035 emplois, 271 postes ayant ainsi disparu. Urs Schaeppi a précisé que l'opérateur n'a pas encore fait de demandes de chômage partiel.

Alors que certains parlementaires entendent interdire aux entreprises ayant eu recours au chômage partiel de rémunérer leurs actionnaires au titre de l'exercice 2020, voire du suivant, Swisscom envisage ainsi toujours proposer à l'assemblée générale 2021 un dividende inchangé de 22 francs par action au titre de 2020.

A l'image des trimestres précédents, les affaires italiennes du géant bleu ont poursuivi leur croissance. Les revenus de Fastweb, la filiale transalpine active dans l'accès à internet et la téléphonie mobile, ont crû de 5,6% à 543 millions d'euros. La clientèle s'est étoffée aussi bien dans les services mobiles (+23,5%) que dans ceux de la connexion au réseau des réseaux.

Un peu mieux qu'attendu

A l'exception des revenus, la performance trimestrielle de Swisscom s'est révélée supérieure aux attentes des analystes. Les experts avaient anticipé un chiffre d'affaires de 2,76 milliards de francs, un Ebitda de 1,09 milliard et un bénéfice net de 359 millions. Evoquant la suite de l'exercice, Swisscom maintient ses prévisions. Le géant bleu table pour l'ensemble de l'année sur des revenus de plus de 11,1 milliards de francs et un Ebitda d'environ 4,3 milliards.

L'opérateur historique note cependant que les conséquences financières de la pandémie de Covid-19 ne peuvent être quantifiées en l'état. Tout dépendra de facteurs tels que l'envergure et la durée de la pandémie, les mesures d'aide de l'Etat au niveau économique ainsi que le comportement de la clientèle en Suisse et en Italie, entre autres. Dans ce contexte, une forte incertitude demeure, note Swisscom. Mais de l'avis d’Urs Schaeppi «le marché n'a pas fondamentalement changé». Certes les projets dans le domaine de l'informatique ont tendance à augmenter, mais d'autres clients reportent certains investissements au vu des incertitudes économiques.

Reprise en vue dans les magasins

Evoquant l'évolution de la clientèle en suisse, en recul notamment au niveau des réseaux fixe et mobile au premier trimestre, le patron a relevé que «les taux de croissance sont toujours un peu plus faibles au premier trimestre». La fermeture de près de la moitié des magasins a pesé sur les affaires des deux dernières semaines de mars. Mais une reprise est attendue, la plupart des boutiques étant désormais ouvertes. (ATS)






 
 

AGEFI



...