UBP augmente ses volumes en 2019, le bénéfice en net recul

mercredi, 22.01.2020

Le bénéfice net du groupe genevois UBP s'est étiolé de 7,2% à 187,8 millions de francs en 2019.

Le bénéfice net d'UBP a pâti d'une nouvelle pénalité financière aux Etats-Unis. (Keystone)

Union Bancaire Privée (UBP) a bouclé l'exercice 2019 sur une nette progression des actifs gérés, soutenus par les marchés financiers et des apports nets. Les recettes du groupe genevois ont stagné, alors que les frais liés à des sociétés rachetées ont pesé sur la rentabilité. Le bénéfice net a également pâti d'une nouvelle pénalité financière aux Etats-Unis.

A fin décembre, UBP affichait une masse sous gestion de 140,3 milliards, en progression de 10,6% sur un an, indique mercredi la banque. Sur la hausse de 13,5 milliards, 4,5 milliards proviennent des afflux nets d'argent, le solde étant imputable à l'effet de marché. En 2018, les apports nets avaient atteint 7,3 milliards.

Les fonds proviennent principalement de la clientèle privée, mais également des institutionnels. Par région, l'Asie, une zone stratégique dans le domaine de la gestion de fortune, a fortement contribué à la croissance organique en 2019, affirme le communiqué. Le Proche et Moyen-Orient ainsi que l'Europe de l'Est n'ont pas démérité.

Le produit d'exploitation d'UBP a fait du surplace (+0,6%) à 1,07 milliard de francs. Le groupe genevois revendique une marge d'intérêt stable, des recettes de courtage améliorées de 8% et un plongeon de 12% des opérations de change.

Les charges d'exploitation ont atteint 752 millions, soit une augmentation de 3,9%. Les investissements réalisés pour deux sociétés acquises en 2018 - ACPI à Londres et Carnegie à Luxembourg - ont alourdi les dépenses, au même titre que la numérisation des activités.

Le rapport entre les coûts et les revenus s'est détérioré de 2,1 point de pourcentage à 67,9%. "Notre industrie fait face à des défis majeurs tels que les taux d'intérêt négatifs, la pression sur les marges, la concurrence de nouveaux acteurs, ou encore le développement du digital", déclare le directeur général Guy de Picciotto, cité dans le communiqué.

Le bénéfice net s'est étiolé de 7,2% à 187,8 millions, ce qui inclut la vente d'un bien immobilier à Londres. Côté mauvaises nouvelles, UBP a annoncé en début d'année le versement d'une somme de 14 millions de dollars supplémentaires au Département américain de justice, dans le cadre du programme fiscal américain. Ce montant a été comptabilisé en 2019.

Pour rappel, le groupe avait payé en janvier 2016 une première pénalité de 187,8 millions de dollars destinée à régler le conflit fiscal avec les Etats-Unis. (awp)






 
 

AGEFI




...