La rentabilité de Logitech a pris l'ascenseur en fin de l'exercice

mardi, 30.04.2019

Le bénéfice net de Logitech s'est étoffé de plus d'un cinquième à 42,1 millions de dollars de janvier à fin mars.

La performance trimestrielle de Logitech décoiffe les projections des analystes consultés par AWP, en matière de rentabilité notamment. (Keystone)

Logitech a enregistré sur l'ultime partiel de son exercice décalé une croissance honorable, assortie d'une sensible amélioration de sa rentabilité. Le spécialiste valdo-californien des accessoires informatiques a parallèlement annoncé le départ de son directeur financier, dont les attributions seront temporairement confiées à son actuel bras droit.

Sur le quatrième trimestre, soit de janvier à fin mars, le chiffre d'affaires s'est établi à 624,3 millions de dollars (636,3 millions de francs), en hausse de 5% sur un an. Le bénéfice net s'est étoffé de plus d'un cinquième à 42,1 millions.

L'excédent d'exploitation (Ebit non GAAP) a atteint 64,1 millions, contre 55,1 millions un an plus tôt. La direction confirme dans la foulée son ambition de croissance de 5 à 9% pour l'édition 2019/20, assortie d'un Ebit ajusté de 375 à 385 millions.

La performance trimestrielle de la multinationale décoiffe les projections des analystes consultés par AWP, en matière de rentabilité notamment. Le chiffre d'affaires était attendu à 623,1 millions, l'Ebit à 54,3 millions et le bénéfice net à 34,3 millions.

Accessoires de jeux devant

En termes de recettes, les accessoires de jeux sont passés devant les périphériques de pointage (131,6 millions) et les claviers (132,4 millions), moyennant une hausse de 9% à 137,7 millions de dollars.

Les écouteurs et haut-parleurs ont rebondi de plus de 60% à 22,7 millions, alors que les dispositifs pour maison connectée se sont affaissés de plus d'un quart à 11,5 millions. Les accessoires pour vidéoconférence ont gagné 27% à 69,4 millions.

Sur l'ensemble de l'année écoulée, les recettes du groupe valdo-californien ont atteint un record de 2,79 milliards, soit près de 10% de mieux que lors de l'exercice 2017/18. Le bénéfice net a bondi de près d'un quart à 257,6 millions de dollars.

Logitech annonce mardi parallèlement le départ de son directeur financier, Vincent Pilette, agendé pour fin mai. L'actuel grand argentier quittera le groupe valdo-californien pour une autre entreprise. Ses attributions seront confiées dans l'immédiat à Nate Olmstead, arrivé en début d'année en provenance de Hewlett Packard.

Action malmenée

Les analystes n'ont pas eu grand chose à redire sur les chiffres du groupe vaudois. Joern Iffert, d'UBS, a relevé que la croissance organique (6%) était conforme à ses attentes. Il entrevoit un potentiel pour une révision à la hausse des estimations du consensus en matière de croissance.

En revanche, l'expert interprète de façon défavorable le départ du directeur financier. Cet avis est partagé par Michael Foeth, de Vontobel. Le successeur devra faire preuve de la même discipline pour appliquer le modèle d'affaires du groupe, a-t-il plaidé.

Andreas Müller, de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), a mis en avant l'amélioration de la palette de produits et les économies réalisées au cours du trimestre sous revue.

A la Bourse suisse, l'action lâchait 3,4% à 40,95 francs vers 11h10, dans un indice SLI des 30 valeurs vedettes en hausse de 0,3%. (awp)






 
 

AGEFI



...