La Banque cantonale du Valais a réalisé un bon premier semestre

mercredi, 25.07.2018

Le bénéfice net de la BCVs s'est accru de 2,4% à 51,1 millions de francs, et le bilan s'est encore étoffé pour frôler les 16 milliards, porté notamment par des créances hypothécaires qui ne faiblissent pas.

Le premier semestre a permis de dégager un résultat opérationnel de 59 millions de francs (+2,7%).(keystone)

La Banque cantonale du Valais (BCVs) a progressé sur pratiquement tous les tableaux au 1er semestre et s'attend à poursuivre sur sa lancée pour l'ensemble de l'année. Le bénéfice net s'est accru de 2,4% à 51,1 millions de francs.

"Nous sommes positifs et confiants de pouvoir dépasser pour l'exercice 2018 les bons résultats obtenus en 2017 sur le plan du bénéfice opérationnel et du résultat net", a déclaré à AWP Pascal Perruchoud, directeur de l'établissement cantonal valaisan. L'exercice 2017, marqué par le 100e anniversaire de la BCVs, s'était clos sur un bénéfice net de 64,1 millions de francs.

En attendant, le 1er semestre a permis de dégager un résultat opérationnel de 59 millions de francs (+2,7%). Avec un ratio coûts/revenus de 47,3%, la banque se félicite d'avoir soigné son "efficience".

Bémol, le résultat brut des opérations d'intérêt, principale source de revenu de l'établissement, s'est contracté de 2,4% à 79,8 millions. Cette baisse résulte de la persistance d'un contexte de taux d'intérêt négatifs et de la contraction des marges, phénomènes qui devraient perdurer ces prochains mois.

Cependant, le résultat net des opérations d'intérêt s'affiche en hausse de 0,7% à 79,6 millions: les corrections de valeur pour risques de défaillance et pertes a pu être limité à 200'000 francs, beaucoup moins que sur l'exercice précédent.

Les autres sources de revenus, à savoir le résultat des opérations de commissions et des prestations de service (19,4 millions), le résultat des opérations de négoce et de l'option de la juste valeur (13,3 millions) et les autres résultats ordinaires (9,7 millions) ont augmenté de 0,1% à 42,4 millions.

Marché difficile en station

Les charges d'exploitation ont été réduites de 0,5% à 57,4 millions. Ce résultat a été obtenu malgré une nette augmentation (de 6,5%) des charges de personnel, due à l'ouverture de nouvelles succursales - pour se rapprocher de sa clientèle - et à la plus forte dotation en personnel spécialisé pour répondre aux exigences accrues du gendarme financier (Finma). En effet, la BCVs est entrée dans la catégorie 3 définie par la Finma, qui recense les "acteurs de marché grands et complexes". Le travail devient donc plus pointu.

Ce passage en catégorie supérieure résulte notamment du fait que la banque a dépassé les 15 milliards de francs de bilan. Il frôle même aujourd'hui les 16 milliards (15,98 milliards), le bilan ayant encore gonflé de 413 millions lors des six derniers mois. Dans ce contexte, les créances hypothécaires ont crû de 2,7% à 9,7 milliards.

Mais il faut voir cette évolution de façon très différenciée, explique Pascal Perruchoud. "Le marché des résidences secondaires souffre, c'est devenu dur en station. En revanche, le marché de plaine et dans les villes connaît une belle croissance."

La BCVs se montre satisfaite par ailleurs de l'évolution des dépôts de la clientèle, qui ont augmenté de 3,5% à 9,8 milliards, "reflétant la confiance des déposants", dans un contexte de bonne tenue de l'économie cantonale.(awp)






 
 

AGEFI




...