Dormakaba: contraction inattendue du bénéfice net sur six mois

mercredi, 04.03.2020

Le bénéfice net de Dormakaba a fondu de 5,8% à 119,4 millions sur la première moitié de son exercice décalé 2019/20.

Riet Cadonau, CEO de Dormakaba. (Keystone)

Le fournisseur de solutions d'accès sécurisées aux bâtiments Dormakaba a accusé sur son premier semestre décalé - à fin décembre - une contraction généralisée de ses principaux indicateurs de performance. La société de Rümlang ravale ses ambitions de croissance rentable pour l'ensemble de l'exercice 2019/20.

Les revenus se sont érodés de 0,8% à 1,39 milliard de francs, l'Ebitda de 4,0% à 214,1 millions et la marge afférente de 0,5 point de pourcentage à 15,5%. Le bénéfice net a fondu de 5,8% à 119,4 millions, égraine le compte-rendu publié mercredi.

Le recul du chiffre d'affaires et celui de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) étaient dans une certaine mesure anticipés, mais celui du bénéfice net constitue une surprise.

Les analystes consultés par AWP anticipaient en moyenne des recettes de 1,40 milliard et un excédent opérationnel brut de 228,7 millions. Le bénéfice net s'inscrit en deçà de la projection la moins optimiste, fixée à 125 millions.

Dormakaba explique avoir continué à souffrir des problèmes qui avaient déjà bridé sa performance en fin d'année dernière, auxquels se sont ajoutés des frais non récurrents non spécifiés. Ces handicaps ont réduit à néant le produit des mesures d'optimisation adoptées, des synergies ou encore de l'allègement des prix des matières premières.

"Environnement compliqué"

Invoquant pêle-mêle un environnement macroéconomique et géopolitique compliqué, un impact sensible mais difficilement évaluable de l'épidémie de Covid-19, une volatilité élevée, ainsi que des conflits commerciaux persistants, la direction abandonne ses ambitions de croissance pour l'ensemble de l'exercice. Elle anticipe désormais un recul modéré tant pour le chiffre d'affaires que pour la marge Ebitda.

Vontobel doutait déjà de l'objectif de croissance, mais ne cache pas sa déception au vu des perspectives pour la rentabilité opérationnelle. La banque de gestion zurichois n'exclu pas de raboter sérieusement ses propres projections dans un avenir proche.

La direction s'est accrochée au cours des douze derniers mois à des objectifs de plus en plus intenables, après avoir déjà failli depuis la fusion de Kaba et de Dorma en 2014/15 à tenir ses ambitions à moyen-terme, dénonce de son côté Baader Helvea. Le courtier genevois perçoit certes un impact éphémère de l'épidémie de coronavirus, mais redoute surtout des problèmes structurels susceptibles de reporter encore - voire de rendre caduques - la feuille de route à moyenne échéance.

Dormakaba annonce parallèlement à ses résultats une double rocade au sein de sa direction générale. Le responsable des opérations pour l'unité Access Solutions en Amérique, Michael Kinkaid sera remplacé dès le mois d'avril par Alex Housten. Le poste de directeur de la production, actuellement occupé par Jörg Lichtenberg, disparaîtra de l'organigramme avec le départ de ce dernier fin juin.

Dormakaba souligne à cet égard que le nombre de fauteuils exécutifs aura été réduit de onze à huit depuis la fusion entre l'ancien zurichois Kaba et l'allemand Dorma.

La performance à mi-parcous en tout cas ne ravissait pas les investisseurs et la nominative Dormakaba abandonnait dans les premiers échanges mercedi 2,8% à 579 francs, à contre-courant d'un SPI en modeste hausse de 0,08%. (awp)






 
 

AGEFI



...