Autoneum réduit son dividende et biffe ses objectifs 2020

mercredi, 06.03.2019

Le bénéfice net d'Autoneum s'est considérablement réduit l'an dernier, à 74,7 millions de francs, soit 37% de moins qu'en 2017.

La rentabilité n'a pas pu être maintenue au même niveau que l'année précédente. (Keystone)

Le fournisseur de l'industrie automobile Autoneum a connu une année 2018 difficile et se voit contraint de biffer ses objectifs à moyen terme. La visibilité étant faible, de nouveaux objectifs seront donnés à une date ultérieure, a indiqué mardi une porte-parole du groupe à AWP. Les actionnaires en seront pour leurs frais: le dividende va être sabré quasiment de moitié.

Le bénéfice net s'est considérablement réduit en 2018, à 74,7 millions de francs, soit 37% de moins qu'en 2017. Il fait toutefois mieux qu'attendu par le consensus AWP (62,2 millions) et dépasse même la fourchette des prévisions.

L'Ebit s'est rétracté de 36% à 114,1 millions de francs, en dessous des prévisions. La marge Ebit, à 5%, se révèle aussi moins forte (2017: 8,2%). Comme attendu, "les inefficiences opérationnelles aux Etats-Unis ont un impact sur la rentabilité du groupe", précise le communiqué. En effet, les ventes outre-Atlantique se sont contractées de 4,3% à 921,8 millions de francs, affectées également par des charges de restructuration, des coûts salariaux plus élevés et des prix des matières premières en hausse.

En revanche, les ventes dans la région Europe ont progressé de 11% à 984,5 millions de francs, constituant l'activité "la plus solide du groupe". Autoneum va par exemple agrandir son usine tchèque de Hnátnice (+6000 mètres carrés) pour faire face à une demande en hausse. Concernant les autres régions, le chiffre d'affaires a progressé en Asie mais légèrement reculé en Afrique et Moyen-Orient.

Les liquidités opérationnelles du groupe ont fondu de 14,6% à 124 millions de francs.

Dividende au régime

Ces résultats en baisse incitent le conseil d'administration d'Autoneum à fortement réduire le dividende, à 3,60 francs contre 6,50 l'année précédente.

Le groupe, qui compte 13'000 employés, a toutefois enregistré une croissance organique de 3,7%, "plus forte que celle du marché", alors que la production mondiale de voitures a diminué de 1,1% à 94,1 millions de véhicules l'an passé. Le groupe winterthourois avait déjà annoncé en janvier ses revenus à la hausse (+3,4%) à 2,28 milliards de francs en 2018.
Pour 2019, un résultat négatif est attendu sur le premier semestre. Aucune indication n'est fournie pour l'ensemble de l'année. Le groupe s'attend à une reprise pour 2020 et "un solide niveau de rentabilité" en 2021, selon le communiqué.

Selon les indications avant-Bourse de Julius Bär, le titre perdait 3,5%. (awp)






 
 

AGEFI



...