Le «hasard» fait bien les choses…

mercredi, 22.08.2018

Céline Renaud*

Céline Renaud

Mercredi 1er août au soir, il est 21h35, je regarde l’émission spéciale de la RTS qui rend hommage aux gens vivant et travaillant dans les montagnes. Nous avons été interviewés et le sujet sur JMC Lutherie passe en cet instant dans les quatre régions linguistiques de Suisse.

Je me demandais bien qui pouvait regarder la télévision au soir de notre fête nationale, les yeux devant être rivés sur les feux d’artifice. Mais voilà, cette année, pour protéger la forêt justement, les feux sont interdits en raison de la sécheresse. Et l’effet de l’émission ne se fait pas attendre. Je reçois en temps réel un nombre impressionnant de demandes d’informations.

Quelle chance, d’avoir été choisis pour cette émission et surtout que justement pour protéger les forêts, les feux aient été interdits! Le hasard fait parfois bien les choses.
En entreprise, qu’est-ce qu’il est précieux d’avoir de temps à autre un coup de pouce. J’aime à penser qu’il s’agit plus que du hasard, qu’il y a là-dehors également des forces qui concourent à notre succès. Comme le dit Steve Jobs dans sa célèbre allocution aux étudiants de l’Université Stanford, c’est après coup que nous comprenons les tenants et aboutissements: «connecting the dots».

Ces facteurs combinés

J’aime célébrer des anecdotes, des rencontres, des coïncidences. Alors peut-être était-ce également plus qu’un hasard que nos ateliers aient été fondés à la route du Risoud, au nom de la fameuse forêt qui recèle l’or vert des luthiers, ainsi que notre célèbre cueilleur d’arbres, que nous ne connaissions pas encore à l’époque, habitait juste en face de nos ateliers à la même adresse.

Parfois, tout l’univers conspire à nous aider. Un jour, nous voulions absolument  arriver à décrocher une commande pour une société connue et cela ne marchait pas. Or, peu de temps après, ils nous ont recontacté pour travailler avec nous. Il y a plusieurs facteurs combinés qui ont concouru à ce résultat. D’abord, leur fournisseur avait fait une légère erreur, ensuite le chef de projet avait quitté la société et finalement, une connaissance leur avait parlé par hasard de nous. Et les voilà au bout du fil pour concrétiser leur projet et notre désir.

Dans d’autres cas, le hasard va parfois dans la direction opposée à notre souhait. Un jour, le patron d’un grand groupe horloger décède juste après que nous lui ayons fait une offre pour équiper les boutiques de toutes ses marques et le projet ne s’est pas concrétisé. A l’époque, cela aurait été une très grande affaire pour la société et j’ai d’abord pensé que cette opportunité manquée était négative… mais je sais aujourd’hui que nous n’aurions peut-être pas été prêts. Par contre, nous le sommes à présent et nous devions certainement acquérir différentes expériences. Ou encore la fois où nous sommes passés à côté d’un investissement très important. Nous avons appris par la suite que l’investisseur en question avait eu des soucis avec certains fiscs européens… et nous nous retrouverions aujourd’hui peut-être avec des locaux vides.

C’est donc une grande source de bonheur que d’avancer le plus consciemment possible, de célébrer toutes ces coïncidences et d’avoir confiance dans l’avenir. Et un jour nous saurons, peut-être…

* CEO et fondatrice JMC Lutherie






 
 

AGEFI



...