L'initiative pour des loyers abordables déposée avec 6 mois d'avance

mardi, 18.10.2016

L'Association suisse des locataires (Asloca) a déposé à la Chancellerie fédérale son initiative populaire pour davantage de logements abordables.

Depuis le lancement de l'initiative en novembre 2015, 106.000 signatures, sur les 100.000 nécessaires, ont déjà été dûment attestées, a précisé l'Asloca. Elle a pu déposer son texte presque six mois avant le délai imparti.

Les locataires devraient plus facilement accéder à des appartements meilleurs marchés. L'Association suisse des locataires (Asloca) a déposé mardi à la Chancellerie fédérale son initiative populaire pour "Davantage de logements abordables", munie de 125.000 paraphes.

Depuis le lancement de l'initiative en novembre 2015, 106.000 signatures, sur les 100.000 nécessaires, ont déjà été dûment attestées, a précisé l'Asloca. Elle a pu déposer son texte presque six mois avant le délai imparti, "un grand succès", a relevé Marina Carobbio, conseillère nationale (PS/TI) et présidente de l'Asloca.

"Malgré des taux très bas et l'absence d'inflation, les loyers ont explosé ces dernières années", a constaté l'association. La hausse atteint 30% en moyenne en Suisse, avec un pic à 60% à Genève par exemple. En cas de déménagement, trouver un logement abordable devient toujours plus difficile.

Inaction politique


Le Conseil fédéral reconnaît le problème et propose une réforme visant à rendre les loyers plus transparents. Mais le Parlement a enterré lors de la session de septembre cette mesure, refusant d'agir contre "ce hold-up", estiment les partisans du texte.

Espérant mettre un terme à cette inaction, l'initiative veut inciter la Confédération et les cantons à encourager davantage la construction d'habitations à loyer modéré. Elle demande que 10% des nouveaux logements soient déclarés d'utilité publique.

Pour y parvenir, les cantons et les communes seraient autorisés à utiliser un droit de préemption en leur faveur, et notamment sur les immeubles qui appartiennent à la Confédération ou à des entreprises qui lui sont liées comme les CFF ou la Poste.

Pour les initiants, ce sont des appartements abordables plutôt que des lofts luxueux ou des surfaces de bureaux qui devraient être construits en priorité sur les terrains des ex-régies fédérales.

L'exemple de l'Etat


Même si la construction de logements est une prérogative communale, ils jugent que la Confédération ne peut échapper à ses responsabilités et doit agir. D'autant plus que certains cantons et communes n'agissent que si la Confédération montre l'exemple.

Ces mesures ne devraient pas coûter trop cher à l'Etat, selon les initiants. Il devrait ouvrir les cordons de sa bourse pour émettre des prêts à taux favorables, mais cet argent lui reste dû: les prêts sont remboursés plus tard.

Le texte a été lancé par l'Asloca. Il est soutenu par les coopératives d'habitation Suisse, l'Union syndicale suisse, le PS, les Jeunes socialistes et les Verts. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...