L'Arc jurassien veut capter davantage de revenus

lundi, 19.11.2018

L'Arc jurassien est davantage développé que la moyenne suisse en termes d'économie productive, mais la région est à la traîne en terme d'économie présentielle.

L'Arc jurassien souffre de fuite de ses revenus. Pour capter les ressources produites sur son territoire, la région veut développer l'économie présentielle (services, restauration, hébergement) et prendre des mesures pour inciter les personnes à s'y domicilier.

"L'Arc jurassien souffre d'un paradoxe. Son économie productive et exportatrice est très performante mais la région s'appauvrit avec le temps", a déclaré lundi à La Chaux-de-Fonds Nicolas Babey, professeur à la Haute Ecole de gestion Arc. Il a posé ce constat devant 160 personnalités présentes pour les 10 ans de l'organisme de développement territorial arcjurassien.ch.

Si la région est davantage développée que la moyenne suisse en termes d'économie productive, elle est sous-développée en terme d'économie présentielle. Pour 1000 habitants, l'Arc jurassien compte 125 emplois dans ce dernier secteur, contre 165 en moyenne helvétique.

La région veut agir sur plusieurs axes pour limiter ses fuites de revenus. Elle veut notamment favoriser la domiciliation et limiter la pendularité grâce à des allocations de résidence ou à la promotion du coworking. Elle veut aussi attirer davantage de touristes, inciter ses étudiants à rester sur place et ses frontaliers à consommer aussi dans la région.

Le territoire compte 240 communes réparties entre les cantons de Neuchâtel, de Vaud, de Berne et du Jura, "La région souffre d'une situation de morcellement incroyable", a expliqué Nicolas Babey qui milite pour des actions transversales et davantage de coopération pour éviter le "silotage" administratif". (ats)






 
 

AGEFI



...