Année 2018 positive pour la construction au Tessin

vendredi, 17.05.2019

L'année 2018 aura été globalement positive pour le secteur de la construction au sud des Alpes.Toutefois, la situation sur le marché du logement reste tendue, avec une hausse "soudaine et importante" du taux de vacance

Le nombre de permis de construire a été "assez bon" et le génie civil a offert des opportunités intéressantes, a confié Nicola Bagnovini, directeur de la section tessinoise de la Société suisse des entrepreneurs (SSE).

L'année 2018 aura été globalement positive pour le secteur de la construction au sud des Alpes. Le nombre de permis de construire a été "assez bon" et le génie civil a offert des opportunités intéressantes, a confié au micro de la RSI Nicola Bagnovini, directeur de la section tessinoise de la Société suisse des entrepreneurs (SSE), qui a tenu jeudi son assemblée générale.

Toutefois, la situation sur le marché du logement reste tendue, avec une hausse "soudaine et importante" du taux de vacance, qui en l'espace de quatre ans a plus que doublé, dépassant les 2,0% au bouclement de l'exercice, contre 1,6% de moyenne nationale.

"L'investisseur n'est plus sûr ni de vendre ni de louer son bien dans des délais raisonnables", constate le patron de la faîtière locale. En effet, le phénomène touche autant les nouvelles constructions que les logements existants.

Les perspectives sont plus favorables dans le secteur public, où sont prévus des travaux de rénovation d'écoles, de maisons de retraite et d'hôpitaux, ainsi que d'importants projets de génie civil.

La SSE met cependant en garde contre la sous-enchère au moment de la mise au concours de mandats de construction. "Il faudra (les) attribuer aux entreprises qui soumettront effectivement une offre meilleure que les autres, mais dans le respect de nos règles", fait valoir M. Bagnovini.

Sa remarque intervient sur fond de recrudescence des "padroncini" (entrepreneurs indépendants, pour la plupart frontaliers, ndlr), dont le nombre a bondi de 40% sur un an au cours des trois premiers mois de 2019, en conséquence de l'abrogation de la loi tessinoise sur les entreprises artisanales (LIA), qui avait été combattue notamment par la Commission de la concurrence (Comco).

"Cette augmentation est préoccupante pour une raison toute simple: s'ils arrivent au Tessin, c'est parce que quelqu'un les appelle, que ce soient des particuliers ou des entreprises", conclut le responsable, appelant à faire "un examen de conscience".(awp)






 
 

AGEFI



...