Scandale 1MDB: l'ex-premier ministre malaisen dément prendre la fuite

samedi, 12.05.2018

L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak dément les rumeurs de fuite.

L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak a toujours nié toute illégalité en lien avec ce fonds 1MDB. (Keystone)

L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak a déclaré sur Twitter qu'il allait faire une pause pour passer du temps avec sa famille. Il démentait des informations selon lesquelles il fuirait le pays pour échapper à des poursuites liées au fonds 1MDB.

Dans son communiqué publié sur les réseaux sociaux Najib Razak fait aussi savoir qu'il "veut faciliter une transmission du pouvoir en douceur". Il s'excuse de ses erreurs et de ses lacunes et dit avoir l'intention de servir le peuple malaisien. "Je prie pour que le pays s'unisse après cette période de division", souligne-t-il.

Son nom et celui de son épouse Rosmah Mansor figuraient sur la liste des passagers d'un avion privé qui devait s'envoler pour Djakarta samedi matin et des rumeurs de fuite se sont alors propagées. L'ex-chef de gouvernement vient de subir une défaite cinglante aux élections législatives: l'opposition a contre toute attente délogé la coalition au pouvoir depuis plus de 61 ans.

Ses plans de vacances surviennent après que des voix se sont élevées au sein de la coalition sortante Barisan Nasional (BN) pour que Najib Razak se retire de la scène politique après ce revers. Le BN, qui dirigeait la Malaisie depuis l'indépendance obtenue de la Grande-Bretagne, n'a obtenu 79 sièges, contre 133 dans l'assemblée sortante.

Blanchiment d'argent

La coalition de l'opposition, menée par un ancien Premier ministre Mahatir Mohamad (1981-2003), s'est, elle, attribué 113 sièges sur un total de 222 auxquels. Âgé de 92 ans, le (à) nouveau chef du gouvernement a promis une enquête sur l'affaire de corruption de plusieurs milliards de dollars relative au fonds souverain malaisien Malaysia Development Berhad (1MDB), qui a été fondé par Najib Razak.

Celui-ci a toujours nié toute illégalité en lien avec ce fonds. Mais selon des informations qui ont filtré à partir de 2015, 700 millions de dollars auraient été volés à 1MDB et se seraient retrouvés sur les comptes bancaires personnels de Najib Razak.

Ce dernier a nié avoir agi illégalement et a été relaxé par le procureur général de Malaisie. Le fonds souverain fait l'objet d'enquêtes pour blanchiment d'argent dans au moins six pays, dont la Suisse, Singapour et les États-Unis. Des documents déposés par le ministère américain de la Justice dans un procès civil ont révélé que près de 30 millions de dollars de l'argent manquant ont été utilisés pour acheter des bijoux pour Rosmah.

Restaurer la primauté du droit

Deux sources ont déclaré à Reuters vendredi que Mahathir Mohamad s'apprêtait à nommer un conseiller du ministère des Finances pour superviser le recouvrement des sommes manquantes chez 1MDB. Mahathir Mohamad a déclaré après sa victoire à l'élection de mercredi qu'il ne cherchait pas de bouc émissaire.

"Nous ne cherchons pas à nous venger", a déclaré le Premier ministre. "Ce que nous voulons, c'est restaurer la primauté du droit (...). Si la loi dit que Najib a fait quelque chose de mal, alors il devra faire face aux conséquences."

Mahathir Mohamad doit annoncer la composition de son gouvernement dans la journée. (ats)






 
 

AGEFI



...