L’agilité a son rapport annuel

dimanche, 04.11.2018

Christophe Clavé *

Chaque année, on peut trouver sur internet de nombreuses études et rapports sur l’évolution de l’agilité dans le monde.

L’enquête sur l’état de l’agilité publiée chaque année par Versionone est sans doute une des plus complètes. Les études récentes confirment le fort ancrage dans les entreprises du monde entier des méthodes et organisations agiles.

L’agilité poursuit son développement. L’agilité poursuit son développement dans le monde. Alors que l’essentiel des entreprises agiles étaient américaines au début des années 2010, aujourd’hui 50% seulement se trouvent aux Etats-Unis, 28% en Europe, et 10% en Asie.

De même en va-t-il pour les secteurs d’activité concernés. L’agilité est née dans le développement de logiciels, et 77% des entreprises interrogées se situent dans un autre domaine d’activité aujourd’hui.

De plus en plus de grandes entreprises s’attaquent à l’agilité. Si 39% des entreprises ayant répondu comptent moins de 1000 salariés, 26% en comptent plus de 20.000.

L’entreprise partiellement agile. 94% des entreprises interrogées déclarent que seule une partie de leur organisation est agile, et qu’environ 60% de leurs équipes ne pratiquent pas l’agilité. 86% des répondants affirment avoir des équipes agiles disséminées dans l’organisation. 98% affirment avoir rencontré des succès importants dans leurs processus agiles, et travailler à l’expansion de l’agilité à plus de secteurs de l’entreprise.

Les avantages de l’agilité sont décrits comme une réduction des délais de production et d’innovation, une meilleure visibilité sur les projets d’innovation, une amélioration de la productivité des équipes, un changement profond des priorités du management.

Seules 8% des entreprises ayant répondu disent que l’ensemble de l’entreprise est agile. 90% des entreprises considèrent que moins de la moitié de leurs équipes sont agiles.

L’accélération de la création de valeur. La clef du succès pour les entreprises interrogées se trouve dans l’implication du management (48%), la discipline dans la gestion des processus et des pratiques (41%), la mise en œuvre d’outils communs au sein des équipes (36%), et la capacité de se faire accompagner par des experts agiles (36%).

Les avantages tirés de l’agilité sont l’accélération des cycles de production et de développement (69%), la capacité à changer de priorités (61%), un accroissement de la productivité (53%), une amélioration de la visibilité des projets de développement (43%), et l’amélioration de la qualité et de la fiabilité des produits (43%). C’est sur ces critères que les performances de l’agilité peuvent être mesurées.

Les outils de l’agilité. SCRUM se taille la part du lion parmi les outils de l’agilité avec 58% des entreprises affirmant l’utiliser. Loin derrière un mixte d’outils, Kanban, etc.

Le TOP 5 des techniques agiles comprend la planification itérative, les réunions quotidiennes de suivi, les rétrospectives, les revues itératives et les itérations courtes. Les challenges que rencontrent les entreprises agiles sont d’abord culturels voire philosophiques, la faible connaissance de l’agilité et de ses méthodes, le manque du soutien du management, la résistance au changement.

Des startups aux grands groupes. Le nombre de grands groupes industriels qui affichent l’ambition de devenir une entreprise agile augmente chaque année.  Les problématiques de l’agilité évoluent donc avec ces nouvelles attentes. Comment diffuser l’agilité à grande échelle? Doit-on substituer une organisation agile à l’organigramme existant? Peuvent-ils cohabiter? Comme gérer l’autonomie qu’appelle l’agilité à grande échelle?

Ce qui demeure c’est la nécessité de flexibiliser l’organisation, de la centrer sur l’innovation au service du client, et d’inventer des cadres de travail motivants et épanouissants.

* Président EGMA






 
 

AGEFI



...