Pétrole: l'AIE révise à nouveau à la baisse sa prévision de demande

vendredi, 14.06.2019

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé vendredi pour la deuxième fois consécutive sa prévision de croissance de la demande de pétrole, soulignant que cette question devenait centrale en raison du ralentissement de la croissance économique.

L'AIE reste optimiste, car le second semestre 2019 et l'année suivante devraient bénéficier d'un "meilleur environnement économique".(Keystone)

L'AIE a réduit de 100.000 barils par jour (b/j) sa prévision de croissance de la demande de brut pour 2019, attendue désormais à 1,2 million b/j. Elle l'avait déjà diminuée de 90.000 barils le mois précédent.

Cette nouvelle révision s'explique par un premier trimestre particulièrement faible dans plusieurs pays, notamment au Japon où l'hiver a été clément, en Europe où l'industrie pétrochimique a connu un ralentissement et aux Etats-Unis, où la demande en essence et diesel a été mitigée.

Toutefois, pour l'heure, l'AIE reste optimiste, car le second semestre 2019 et l'année suivante devraient bénéficier d'un "meilleur environnement économique", marqué par un raffermissement de la croissance mondiale, en supposant que les conflits commerciaux soient résolus et que la confiance soit de retour.

L'OCDE a récemment abaissé une nouvelle fois sa prévision pour la croissance mondiale à 3,2% pour 2019, mais elle s'attend à un léger rebond de 3,4% en 2020.

Dans ce cas de figure, la croissance de la demande de brut progressait de 1,2 à 1,4 million de barils par jour en 2020. Elle devrait être tirée par certains pays comme le Brésil et la Russie, ainsi que par une hausse de l'activité pétrochimique.

L'agence basée à Paris, qui souligne que la volatilité a fait son retour sur les marchés, estime que les pays producteurs seront largement en mesure de répondre à la croissance de la demande en 2020.(awp)






 
 

AGEFI



...