LafargeHolcim, plombé par les dépréciations, boucle 2017 sur une perte massive

vendredi, 02.03.2018

LafargeHolcim a terminé l'année 2017 sur une perte nette attribuable aux actionnaires de 1,68 milliard de francs, contre un bénéfice de 1,79 milliard un an plus tôt.

Les actionnaires se verront proposer un dividende inchangé de 2 francs par action au titre de l'exercice écoulé.(keystone)

LafargeHolcim a terminé l'année 2017 sur une perte nette attribuable aux actionnaires de 1,68 milliard de francs, contre un bénéfice de 1,79 milliard un an plus tôt, en raison de dépréciations d'actifs à hauteur de 3,83 milliards inscrits au dernier trimestre. Ajusté de cet effet, le résultat a progressé de 11,3% à 1,42 milliard, selon les chiffres publiés vendredi par le cimentier franco-suisse.

Les actionnaires se verront proposer un dividende inchangé de 2 francs par action au titre de l'exercice écoulé.

Les ventes nettes ont chuté de 2,9% à 26,13 milliards de francs, même si elles ont progressé de 4,7% sur une base comparable, c'est-à-dire ajustées de l'impact des cessions (-6,5%) et des effets de change (-1,1%). L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) sous-jacent a grappillé 0,7% pour s'établir à 5,99 milliards, pour une marge afférente de 22,9%, en hausse de 80 points de base.

"La croissance des ventes et la hausse plus que proportionnelle de l'Ebitda constituent une bonne performance et nous permettent de nous appuyer sur une base solide", s'est félicité le nouveau directeur général (CEO) Jan Jenisch, qui a repris les commandes du groupe en septembre dernier.

Dans la région Asie-Pacifique, le chiffre d'affaires a fondu de 9,5% à 7,44 milliards de francs, malgré la croissance des volumes en Inde et la progression des recettes en Australie. La rentabilité a par ailleurs souffert de l'inflation des coûts en Asie du Sud-Est.

En Europe, les ventes nettes se sont étoffées de 2,1% à 7,17 milliards de francs, portées par une accélération au 4e trimestre. En Suisse, le groupe déplore des dynamiques de marché "restées difficiles".

Le chiffre d'affaires généré en Amérique du Nord a progressé de 1,4% pour atteindre 5,66 milliards de francs. La forte contribution des Etats-Unis s'est poursuivie en 2017, malgré une baisse des volumes.

En Amérique latine, les recettes ont bondi de 6,1% à 2,94 milliards de francs, malgré le recul des ventes de granulats et de béton prêt-à-l'emploi dans la région. La rentabilité opérationnelle s'est fortement améliorée, l'Ebitda ajusté franchissant la barre du milliard (1,06 mrd) pour une marge afférente de 35,9% (+400 pb).

La région Moyen-Orient et Afrique, qui a pâti d'une base de comparaison défavorable et d'une dégradation de l'environnement sur certains de ses marchés clés, a vu ses ventes reculer de 13,5% à 3,37 milliards de francs.

Importantes dépréciations au 4e trimestre

Sur le seul 4e trimestre, le chiffre d'affaires net a progressé de 2,7% à 6,70 milliards de francs (+6,2% sur une base comparable). L'Ebitda sous-jacent a évolué dans les mêmes proportions pour s'établir à 1,70 milliard de francs.Deux tiers des 3,83 milliards de francs de dépréciations d'actifs ont concerné l'Algérie, la Malaisie, l'Irak, le Brésil, l'Indonésie et l'Egypte. "Ces dépréciations sont le résultat d'une revue de la valeur d'un grand nombre de marchés et de certaines entités", précise le groupe dans son communiqué.

La copie rendue par le géant des matériaux de construction dépasse les attentes des analystes consultés par AWP. Ceux-ci tablaient en moyenne sur des ventes nettes trimestrielles de 6,50 milliards de francs, une croissance sur une base comparable de 3,5% et un Ebitda ajusté à 1,56 milliard.La direction se montre satisfaite de l'exercice écoulé et table pour l'exercice en cours sur une croissance du chiffre d'affaires comprise entre 3 et 5%, ainsi qu'une hausse plus que proportionnelle de l'Ebitda sous-jacent.

Quant aux dépenses d'investissement, elle resteront inférieures à 2 milliards de francs.Le groupe s'est également fixé de nouveaux objectifs à l'horizon 2022. Il entend notamment générer une croissance annuelle de ses ventes de l'ordre de 3 à 5% et un retour sur capital investi (Roic) de plus de 8%, a-t-il indiqué dans un communiqué.(awp)

 

 






 
 

AGEFI




...