Rentabilité en forte hausse en 2019 pour Lafargeholcim

jeudi, 27.02.2020

Lafargeholcim a réalisé une solide performance l'an dernier, atteignant l'ensemble de ses objectifs. Dans son commentaire, Philippe Rey relève particulièrement la forte génération, pour ne pas dire impressionnante, de cash ou trésorerie,ce qui a permis de diminuer considérablement l’endettement net du groupe.

La nette embellie en matière de rentabilité reflète notamment le tassement des charges de restructurations et de coûts de financement.(Keystone)

Malgré un repli des ventes, le cimentier zurichois Lafargeholcim a fortement accru sa rentabilité, le bénéfice net revenant à ses actionnaires bondissant d'une année sur l'autre de près de moitié (+49,5%) à un niveau record de 2,25 milliards de francs.
Le résultat d'exploitation récurrent avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda), hors application de la norme comptable IFRS 16, s'est lui hissé à 6,15 milliards de francs, soit 2,3% de plus qu'en 2018, indique jeudi le groupe établi à Zurich. La marge correspondante s'est portée à 23%, contre 21,9% douze mois auparavant.
Exprimé sur une base comparable, soit hors effets de change et changements intervenus dans le périmètre de consolidation, l'Ebitda récurrent s'est étoffé de 6,5%. Le bénéfice d'exploitation (Ebit) a pour sa part bondi de 15,7% à 3,83 milliards de francs.
Le bénéfice net du groupe, après intérêts minoritaires et ajusté des amortissements et désinvestissements s'est lui envolé de pas loin d'un tiers (+32,1%) à 2,07 milliards de francs.
La nette embellie en matière de rentabilité reflète notamment le tassement des charges de restructurations et de coûts de financement, explique Lafargeholcim. La multinationale a aussi tiré profit d'une charge fiscale moindre.

Volumes en baisse, prix en hausse

Quant au chiffre d'affaires net, il s'est contracté de 2,7% 26,72 milliards de francs, reflet des cessions opérées par la géant des matériaux de construction. Exprimé sur une base comparable, les revenus nets ont toutefois progressé de 3,1%.
Alors que les volumes livrés ont reculé dans l'ensemble des segments, la croissance des revenus illustre notamment la bonne tenue de la demande en Europe et en Amérique du Nord ainsi que des hausses de prix sur la plupart des marchés.
La performance s'est révélée plus ou moins conforme aux attentes des analystes. Sondés par AWP, les experts avaient anticipé un chiffre d'affaires moyen de 26,69 milliards de francs, un Ebitda ajusté de 6,12 milliards et un bénéfice net de 2,22 milliards. Seule la croissance des ventes en termes comparables s'est inscrite en-dessous de la prévision de 3,3%.
Le conseil d'administration proposera le versement aux actionnaires un dividende de 2 francs par action au titre de l'exercice sous revue, un montant identique à celui versé cette année pour le compte de 2018.

Optimisme de mise

Les objectifs fixés dans le cadre de la "stratégie 2022" ont quasiment tous déjà été atteints à mi-chemin, s'est félicité le directeur général du groupe, Jan Jenisch, cité dans le communiqué. Celui-ci a notamment relevé des valeurs record en matière de résultat d'exploitation, de bénéfice net, de bénéfice par action et de flux de liquidités, alors que l'entreprise a renforcé son bilan et sa position sur les marchés.
L'an dernier, le groupe a réalisé huit acquisitions, étoffant ses activités liées le béton prêt à l'emploi et aux granulats. Comme attendu, Lafargeholcim a poursuivi son désendettement, dépassant là aussi les buts fixés. A fin 2019, la dette nette se montait à 8,8 milliards de francs, soit 4,7 milliards de moins que douze mois auparavant.
Evoquant ses perspectives, le numéro un mondial du ciment table sur des marchés demeurant solides cette année, notant toutefois que ses prévisions ne tiennent pas compte des conséquences de l'épidémie de coronavirus en Chine.
Pour l'exercice en cours, Lafargeholcim table sur une hausse de ventes sur une base comparable entre 3 et 5%. L'Ebit récurrent (3,83 milliards l'an dernier), devrait progresser d'au moins 7%.(awp)

Forte génération de trésorerie et baisse de l’endettement

LafargeHolcim a réalisé en 2019 des améliorations sur toute la ligne. Les objectifs pour l’exercice écoulé ont été atteints. On relève particulièrement la forte génération, pour ne pas dire impressionnante, de cash ou trésorerie,ce qui a permis de diminuer considérablement l’endettement net du groupe. Le cash-flow libre (free cash-flow) a progressé, en effet, de 79% à 3,047 milliards de francs, grâce à une gestion efficace du fonds de roulement net et à des frais financiers plus bas. L’endettement net a été abaissé de 35% à 8,8 milliards de francs, en tenant compte également des désinvestissements qui ont amené de l’eau au moulin, tendant ainsi vers une normalisation de la structure financière. Le leverage ratio (dette nette/EBITDA récurrent) correspond à 1,4x Un cash-flow robuste étaie un dividende intéressant : 2,0 francs par action au titre de l’exercice 2019. Certes, l’industrie du ciment demeure gourmande en capital et un sujet sensible en termes d’émissions de CO2. LafargeHolcim progresse aussi sur ces deux plans. Le rendement des capitaux employés (ROCE) s’est hissé à 7,6% en 2019 (6,5% en 2018), ce qui est maintenant au-dessus du coût du capital grâce à une meilleure rentabilité, un taux d’imposition plus bas et des dépenses d’investissement (capex) disciplinées. En particulier,  LafargeHolcim atteindra sans doute son objectif 2022 d’un ROCE supérieur à 8% plus tôt que prévu. Sans être une perle, LafargeHolcim est un cas qui paraît à nouveau intéressant en considération d’une valeur boursière proche de 28,5 milliards de francs. Une autre façon d’y investir est indirectement à travers Pargesa Holding qui détient 9,3% des droits de vote de LafargeHolcim (Philippe Rey).

 

 

 






 
 

AGEFI



...