Cointrin n'est pas à l'abri de la même mésaventure que Gatwick

lundi, 24.12.2018

L'aéroport de Genève pourrait se retrouver dans la même situation que Gatwick, qui a dû suspendre son trafic aérien en raison des vols de drones.

L'aéroport de Londres-Gatwick a dû fermer son espace aérien à la suite de vols de drones. (Keystone)

Genève Aéroport n'a pas "d'inquiétude particulière" après la suspension du trafic aérien à Londres-Gatwick en fin de semaine dernière, consécutive à des vols de drones. Cointrin n'est toutefois pas à l'abri d'un tel événement.

"Nous pourrions nous retrouver dans la même situation que Gatwick et devoir fermer l'espace aérien", a expliqué Madeleine von Holzen, cheffe de la communication de Genève Aéroport. "Nous avons suivi de près les événements de Gatwick, mais nous n'avons pas d'inquiétude particulière", a-t-elle ajouté.

La législation actuelle de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) interdit aux drones de voler au-dessus de 150 m dans un périmètre de 5 km autour d'un aéroport. C'est davantage que pour Gatwick, où l'utilisation de drones est interdite à moins d'un kilomètre d'un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 m).

Si un drone est identifié dans une zone posant problème, un avertissement doit être envoyé au pilote. Et si le drone devait représenter un danger, le trafic aérien pourrait être suspendu, a relevé Mme von Holzen, précisant qu'une telle décision serait prise de concert avec les contrôleurs aériens de Skyguide.

Un groupe de travail, réunissant Genève Aéroport, Skyguide et la police, a été créé depuis quelque temps. Sa mission consiste à chercher des solutions, technologiques notamment, pour éviter que des drones ne viennent perturber la bonne marche de l'aéroport. (awp)






 
 

AGEFI



...