ABB : entre spéculation et probabilité

mercredi, 14.09.2016

L’activiste Cevian pousse à une séparation de l’activité Power Grid (près de 30% du chiffre d’affaires). ABB semble plutôt atténuer une telle éventualité.

Philippe Rey

Pour la société d’investissements Cevian Capital, qui détient une participation de 5,4% dans ABB, la séparation ou un spin-off de la division Power Grid (réseau électrique) permettrait de libérer de la valeur, de simplifier et rendre plus efficace la gestion du groupe actif dans l’énergie et l’automation.

Ce processus conduirait à une revalorisation supplémentaire d’ABB en comparaison avec des concurrents plus focalisés tels que Rockwell dans l’automation ou Legrand avec les produits d’électrification. La valeur des activités automation et produits d’électrification serait bien plus élevée que celle transparaissant dans la structure de conglomérat actuelle, en permettant de concrétiser la somme des parties, soit 35 francs par action ABB, selon Cevian. Le marché semble, en revanche, plus circonspect à cet égard si l’on prend différents analystes et banques qui ne font pas apparaître une valeur des parties supérieure à 24 francs par action.  

Il n’existe pas d’opposition entre le management et Investor AB (la famille Wallenberg) premier actionnaire d’ABB avec un peu plus de 10% au sujet de l’avenir de cette la division Power Grid. Les conclusions du management doivent être attendues, contrairement à certaines rumeurs. ABB donnera  sans doute des indications sur la revue stratégique, non biaisée selon Investor, de la division Power Grid, le 4 octobre prochain lors de son capital markets day.

  • Plus d'informations dans notre édition de jeudi


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...